HSBC : enquête ouverte en Suisse, des perquisitions à Genève

  • A
  • A
HSBC : enquête ouverte en Suisse, des perquisitions à Genève
@ FABRICE COFFRINI / AFP
Partagez sur :

Des perquisitions étaient menées mercredi matin au siège de la banque à Genève. Une enquête pour blanchiment d'argent a été ouverte.

Des perquisitions étaient en cours mercredi matin au siège de la banque HSBC Private Bank à Genève et une enquête pénale a été ouverte contre l'établissement pour blanchiment d'argent, a annoncé le Ministère public du canton dans un communiqué. Cette annonce fait suite aux révélations d'un certain nombre de journaux dans le monde sur une fraude organisée à grande échelle.

>> LIRE AUSSI - SwissLeaks : la face cachée de la banque HSBC



La Suisse n'exclut pas d'enquêter sur des personnes physiques. "Le Ministère public annonce qu'il a, suite aux récentes révélations publiques relatives à la banque HSBC Private Bank (Suisse) ouvert une procédure pénale contre la banque et contre inconnus", pour blanchiment d'argent aggravé, indique la justice. En "fonction de son évolution", l'enquête pourrait être étendue à des personnes physiques "qui seraient elles-mêmes soupçonnées d'avoir commis des actes de blanchiment" ou d'y avoir participé. La perquisition a lieu quai du Mont-Blanc à Genève, où sont installés les locaux de HSBC.

>> LIRE AUSSI - Après les "Swissleaks", les étranges excuses de HSBC

HSBC au milieu d'un scandale. La banque suisse est au cœur d'un scandale de fraude fiscale et de blanchiment d'argent, révélé le 9 février par un consortium de médias, dont Le Monde. Selon cette affaire, appelée Swissleaks, des milliards de dollars auraient transité par des comptes bancaires pour échapper à l'impôt ou pour être blanchis par le biais de société écrans. Dès la publication de ces articles, de nombreuses voix s'étaient élevées pour demander des poursuites.

HSBC, de son côté, affirme que ces pratiques appartiennent "au passé" et qu'elles n'ont plus cours dans la banque. "Depuis 2008, HSBC a radicalement modifié sa stratégie", a précisé la banque, tout en reconnaissant avoir eu "des manquements" dans le passé.



VIDEO – SwissLeaks : les cinq chiffres à retenirpar Europe1fr