Hong Kong : deux élus indépendantistes arrêtés

  • A
  • A
Hong Kong : deux élus indépendantistes arrêtés
Deux élus indépendantistes hongkongais ont été arrêtés.@ AFP
Partagez sur :

À Hong-Kong, deux élus indépendantistes ont été arrêtés par les forces de l'ordre. Ils sont inculpés pour "réunion illégale".

Deux élus indépendantistes de Hong Kong empêchés d'occuper leur fauteuil de député à la suite d'une intervention de Pékin ont été arrêtés mercredi pour troubles à l'ordre public au Parlement de l'ancienne colonie britannique, a annoncé leur formation.

Arrêté pour "réunion illégale". Baggio Leung et Yau Wai-ching ont été arrêtés à leur domicile et doivent être inculpés "de réunion illégale", selon la page Facebook de leur parti, Youngspiration.

Ils font partie d'une nouvelle génération de militants qui réclament que Hong Kong divorce totalement de la Chine alors que de plus en plus d'habitants de la région semi-autonome ont l'impression que Pékin y accroît sa mainmise. Ces appels à l'indépendance sont nés sur les cendres du mouvement dit des parapluies de 2014 qui avait échoué à obtenir de Pékin la moindre réforme politique.

Neuf militants démocrates arrêtés le mois dernier. Neuf militants démocrates, dont des étudiants, des professeurs et des députés, ont été inculpés le mois dernier pour leur rôle dans la révolte de 2014.

Ces inculpations, dénoncées par les défenseurs des droits de l'Homme, surviennent à quelques semaines d'une visite à Hong Kong du président chinois Xi Jinping à l'occasion du 20ème anniversaire de la rétrocession de la colonie britannique à la Chine le 1er juillet 1997.

Les deux députés voulaient braver l'interdiction de rentrer au Conseil législatif. D'après la page Facebook de Yau Wai-ching, les faits qui leur sont reprochés ont trait à une tentative de braver l'interdiction qui leur avait été faite d'entrer au Conseil législatif (LegCo, Parlement), en novembre dernier. Des échauffourées les avaient opposés aux personnels de sécurité. Trois employés avaient été hospitalisés.

Les deux jeunes gens avaient été élus aux législatives de l'automne 2016 mais n'ont jamais pu siéger après avoir fait acte de protestation lors de la cérémonie de prestation de serment. Ils avaient délibérément écorché ce serment et s'étaient drapés dans des bannières proclamant que "Hong Kong n'est pas la Chine".

L'indépendance de la justice hongkongaise remise en cause. Dans une "interprétation" rare de la Constitution hongkongaise, Pékin avait ensuite jugé qu'ils devaient être disqualifiés, ce qui avait été validé par la justice hongkongaise. Cette décision avait été critiquée avec force par le camp démocrate et les constitutionnalistes comme une remise en cause de l'indépendance de la justice hongkongaise.