Honda confirme un nouvel accident mortel dû à un airbag Takata aux Etats-Unis

  • A
  • A
Honda confirme un nouvel accident mortel dû à un airbag Takata aux Etats-Unis
Un test d'airbag sur un site de Takata. Image d'illustration.@ BILL PUGLIANO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Honda a reconnu mercredi qu'un airbag de marque Takata était à l'origine de la mort d'un automobiliste au Texas le 31 mars dernier.

Le constructeur d'automobiles japonais Honda a confirmé mercredi la responsabilité de l'éclatement d'un airbag du fabricant nippon Takata dans le décès du conducteur d'un de ses véhicules fin mars aux Etats-Unis

Coopération avec les autorités. "Lors d'une inspection aujourd'hui, Honda a confirmé que le gonfleur de l'airbag Takata du conducteur d'une Honda Civic de 2002 avait éclaté lors d'un accident survenu le 31 mars (2016) au Texas, entraînant la mort tragique de l'automobiliste", a expliqué le constructeur dans un communiqué de sa filiale américaine. "Honda a partagé avec l'agence américaine de sécurité routière - NHTSA - toutes les informations disponibles recueillies à ce jour sur l'historique du véhicule et continuera à coopérer avec la NHTSA tout au long du processus d'enquête sur cet accident", a assuré le constructeur.

11e accident mortel. Il s'agit du dixième accident mortel dû à un airbag Takata confirmé aux Etats-Unis à ce jour, sur un total établi pour le moment à 11 au niveau mondial. De nombreux autres cas d'explosions intempestives de gonfleur d'airbag Takata ont par ailleurs été recensés dans le monde. S'en sont suivies des campagnes massives de rappels portant sur une cinquantaine de millions d'exemplaires dans le monde.

Un véhicule rappelé. Depuis 2011, le véhicule impliqué dans cet accident a été inclus dans de multiples campagnes de rappel, selon Honda, qui indique que plusieurs avis ont été envoyés durant des années aux propriétaires successifs de ce véhicule, y compris le dernier en date. Mais Honda, qui a longtemps été le premier client de Takata, précise que le véhicule n'a jamais été corrigé. Le constructeur assure disposer d'un approvisionnement suffisant de gonfleurs de remplacement pour compléter les réparations nécessaires sur les véhicules faisant l'objet d'un rappel.