Hollande propose un sommet sur la sécurité en Afrique

  • A
  • A
Hollande propose un sommet sur la sécurité en Afrique
François Hollande a annoncé un sommet sur la sécurité en Afrique à Paris la semaine prochaine.
Partagez sur :

SÉCURITÉ - Le président français accueillera ce sommet samedi prochain à Paris pour évoquer notamment la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram.

Au moins cinq pays africains. François Hollande a annoncé dimanche la tenue à Paris, samedi prochain, d'un sommet réunissant au moins cinq pays africains pour évoquer les problèmes de sécurité en lien avec l'activité du groupe islamiste Boko Haram. "J'ai proposé, avec le président nigérian Goodluck Jonathan, une réunion des pays limitrophes du Nigeria", a déclaré le président français lors d'une rencontre avec la presse à Bakou, en Azerbaïdjan.

 "Elle devrait avoir lieu, si les pays sont d'accord, samedi prochain" 17 mai à Paris, a-t-il précisé. Son entourage évoque la participation des chefs d'Etat d'au moins cinq pays africains : Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger et Bénin. Par ailleurs, le président français a proposé aux chefs d'Etat britannique et américain de participer à cette réunion. 

Boko Haram au centre des débats. L'enlèvement, le 14 avril, de quelque 200 lycéennes revendiqué par Boko Haram, qui a dit vouloir les vendre les jeunes filles comme "esclaves", a provoqué l'indignation de la communauté internationale. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont annoncé tour à tour l'envoi d'équipes spécialisées pour aider les forces de sécurité nigérianes à retrouver les otages.

De nombreuses attaques dans la région. Boko Haram, dont le nom fustige "l'impureté de l'éducation occidentale", a pris les armes en 2009 pour réclamer la création d'un Etat islamique dans le nord-est du pays. Le mouvement multiplie les coups de forces et les massacres dans le nord-est du Nigeria. Une attaque ainsi menée lundi dernier par les islamistes armés de la secte à Gamburu, près de la frontière camerounaise, a fait au moins 125 morts.

C'est dans ce même secteur de l'Etat de Borno que Boko Haram a de nouveau enlevé la semaine dernière des jeunes filles âgées de douze à quinze ans, quatre semaines après le rapt de plus de 200 lycéennes à Chibok.


sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

ANALYSE - Boko Haram, "une secte qui s'appuie sur un business florissant"

BILAN - Nigeria : des centaines de morts dans une attaque de Boko Haram

SOLIDARITE - Lycéennes enlevées au Nigeria : les célébrités se mobilisent

REVENDICATION - Nigeria : les lycéennes enlevées seront vendues comme "esclaves"