Hinkley Point : "réserves" du PS sur la décision de poursuivre le projet

  • A
  • A
Hinkley Point : "réserves" du PS sur la décision de poursuivre le projet
Le site d'Hinkley Point, en travaux, dans le sud-ouest de l'Angleterre.@ JUSTIN TALLIS / AFP
Partagez sur :

Le parti socialiste s'inquiète de la poursuite de la construction des deux réacteurs nucléaires d'Hinkley Point après le Brexit.

Le PS estime que la poursuite du projet controversé de construction de deux réacteurs nucléaires par EDF sur le site britannique d'Hinkley Point appelle "à ce stade" des "réserves", après le répit accordé par la justice au projet.

Un risque financier. La poursuite de ce projet "impose que soient levées toutes les interrogations et les réserves avant d'aller plus loin", compte tenu de son impact sur "la solidité et la pérennité" d'EDF, affirme mardi le Parti socialiste dans un communiqué.  De nombreux protagonistes de ce dossier "ont alerté sur le risque financier" pour l'entreprise nationale, rappelle le PS, avec un coût avoisinant "les 22 milliards d'euros", dont "15 milliards" qu'EDF prélèvera "sur ses fonds propres".

Une audience en septembre. Vendredi, la juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a rejeté la demande du comité central d'entreprise (CCE) d'EDF de suspendre le feu vert donné par le groupe public d'électricité au projet, dans l'attente d'une audience décisive fin septembre. 

Conséquence du Brexit. Fruits d'un partenariat franco-chinois, les deux réacteurs nucléaires doivent être construits sur le site d'Hinkley Point, au sud du Royaume-Uni. Un projet qui, par son emplacement géographique, pourrait être soumis aux "incidences, nombreuses et incertaines, du Brexit", relève le Parti socialiste, rappelant la décision du Premier ministre britannique, Theresa May, de reporter "la signature du contrat programmée le 29 juillet à une date indéfinie".