Hillary Clinton accepte l'investiture démocrate pour la présidentielle

  • A
  • A
Hillary Clinton accepte l'investiture démocrate pour la présidentielle
Hillary Clinton et Tim Kaine, son colistier. @ JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

En plus d'attaquer son rival Donald Trump, la candidate démocrate a présenté jeudi ses priorités si elle devient présidente : l'emploi et la hausse des salaires.

Hillary Clinton s'est posée jeudi à Philadelphie en rassembleuse pour détourner les Américains du message alarmiste et populiste de son rival républicain de l'élection présidentielle, Donald Trump. "C'est avec humilité, détermination et une confiance sans limites dans la promesse de l'Amérique que j'accepte votre nomination pour la présidence des Etats-Unis", a-t-elle déclaré en clôture de la convention d'investiture démocrate qui l'avait désignée candidate officielle du parti.

L'économie "pas à la hauteur". La démocrate, première femme de l'histoire à être investie candidate d'un grand parti à la Maison-Blanche, a ciselé un discours de près d'une heure pour les Américains tentés par le choix Trump, ces électeurs désabusés par une classe politique perçue comme sourde à leurs inquiétudes économiques. "Certains d'entre vous sont en colère, voire furieux. Et vous savez quoi ? Vous avez raison", a dit Hillary Clinton. L'économie "n'est pas encore à la hauteur".

Emploi et hausse des salaires. Déclarant vouloir faire de l'emploi et de la hausse des salaires sa "mission principale", l'ancienne chef de la diplomatie a, sur le ton mordant qu'elle aime employer contre lui, raillé les promesses creuses de Donald Trump. "La triste vérité est qu'il n'y a pas d'autre Donald Trump. Il est vraiment comme ça", a lâché Hillary Clinton. Remontant aux origines de la république, dans cette ancienne capitale fédérale, elle a martelé que le milliardaire populiste incarnait l'antithèse des valeurs américaines. Et rappelé au passage ses faillites. Selon elle, l'homme d'affaires veut aussi "que nous ayons peur de l'avenir et que nous ayons peur les uns des autres", a dit Hillary Clinton. "Mais nous n'avons pas peur. Nous relèverons les défis comme nous l'avons toujours fait".

Les pro-Bernie bruyants. Peu connue pour ses talents d'oratrice, Hillary Clinton a livré une prestation solide et vigoureuse qui a fait rugir les milliers de délégués réunis depuis lundi. Pourtant, pendant toute la soirée, des délégués fidèles à Bernie Sanders, candidat malheureux aux primaires, ont manifesté leur rejet de celle qui représente à leurs yeux une trahison des idéaux progressistes. Plusieurs dizaines portaient un même T-shirt vert fluo. D'autres brandissaient, immobiles, des écriteaux pour "Bernie".