Harry, les talibans et les jeux vidéo

  • A
  • A
Harry, les talibans et les jeux vidéo
@ Reuters
Partagez sur :

Les talibans estiment que le prince a un "problème mental" pour avoir comparé les tirs d'hélicoptère aux jeux vidéo.

Après 20 semaines de service en Afghanistan, le prince Harry est rentré lundi soir en Grande-Bretagne. Avant un retour à la "vie normale", il a répondu aux questions de l'agence britannique Press association. Une interview qui a quelque peu irrité les talibans. Retour sur cette nouvelle polémique.

prince harry, afghanistan

© Reuters

Harry, son hélico et sa Playstation. Invité par les journalistes à dire s'il avait tué des talibans en Afghanistan, le prince Harry n'a pas fait de mystère. "Oui, comme beaucoup d'entre nous", a-t-il répondu, avant de se faire plus explicite. "Prendre une vie pour en sauver une, c'est ce qui était en jeu, je pense". "Je suis l'une de ces personnes qui adore jouer à la PlayStation et la Xbox, donc j'aime penser que je suis probablement assez utile avec mes pouces", a-t-il ajouté en dressant un parallèle entre les jeux vidéo et l'exercice de tir depuis son hélicoptère.

harry, afghanistan

© Reuters

Pas contents, les talibans. Mardi, Zabiullah Mujahid, leur porte-parole, a ironisé sur ces propos du prince, troisième dans la succession au trône. Il doit avoir "un problème mental", a-t-il lâché, cinglant. "Il y a 49 pays avec leur armement puissant qui n'arrivent pas à défaire les moudjahidines, et maintenant, le prince arrive et compare cette guerre avec ses jeux, sa Playstation ou peu importe comment il les appelle", a ajouté le porte-parole. "Nous ne prenons pas ses commentaires très au sérieux, car nous avons tous vu et entendu qu'à leur retour d'Afghanistan, beaucoup de soldats étrangers, d'occupants, développent des problèmes mentaux", a-t-il conclu.

>> A lire aussi : le prince Harry dans le viseur des talibans

harry, afghanistan

© Reuters

Un prince sous bonne garde... Depuis longtemps, les talibans ont de toute façon le prince Harry dans le viseur. En septembre, le même Zabiullah Majahid avait fait part des ambitions des talibans de tuer le prince Harry. "Nous ne cherchons pas à le kidnapper, mais à le tuer", avait-il clairement lancé à l'époque. Durant son service, le cadet de Charles et Diana a été en permanence accompagné d'agents du SO14 chargés de sa protection. Désormais rentré au pays, les talibans ont donc dû se contenter des mots pour attaquer celui qui se fait appeler "Capitaine Wales" dans l'armée.

24.08 The Sun Prince Harry

© Capture écran

... et habitué aux polémiques. Cette nouvelle histoire avec les talibans vient allonger la longue liste des "dérapages", plus ou moins graves, du prince Harry. Citons par exemple son apparition à une soirée déguisé en nazi, ou les photos de lui nu dans une soirée à Las Vegas. Harry est d'ailleurs revenu là-dessus, lors de sa dernière interview. '"Au final, je n'ai pas été à la hauteur, j'ai déçu ma famille et d'autres personnes. Mais, j'étais dans un espace privé et un certain niveau d'intimité devrait être respecté", a-t-il ajouté, estimant que c'était "un exemple classique" de sa manière d'être "un peu trop militaire et pas assez princière".