Hamas-Israël : la crise éclate

  • A
  • A
Hamas-Israël : la crise éclate
@ REUTERS
Partagez sur :

Trois Palestiniens et trois Israéliens sont morts au deuxième jour de l'opération "Pilier de Défense".

Réactions en chaîne après que l’aviation israélienne a tué, mercredi, le chef opérationnel militaire du Hamas à Gaza. L’escalade de la violence est désormais enclenchée entre le mouvement islamiste palestinien et Israël. Plusieurs raids ont été menés par l’armée israélienne.

#AFP 8h15 : Trois Palestiniens ont été tués jeudi lors d'un raid aérien sur Gaza, et trois Israéliens tués par une roquette, au deuxième jour d'une vaste opération militaire israélienne nommée "Pilier de Défense" contre les groupes armés du territoire palestinien. Au total, onze Palestiniens ont péri, dont deux mineurs et une femme, et 115 ont été blessés depuis le début de l'opération. 

. Un contexte particulièrement tendu. Depuis plusieurs jours la tension était à son comble entre Israël et le Hamas, émanation des Frères musulmans égyptiens, parvenus au pouvoir au Caire dans le sillage du renversement d'Hosni Moubarak en 2011. Des affrontements à la frontière avec la bande de Gaza a fait plusieurs morts en début de semaine et Israël s'était dit prêt à l'escalade. d'autant que les Palestiniens s’apprêtent à déposer une demande de reconnaissance auprès de l'ONU et qu'Israël entre en période électorale.

Alexandre Adler avait évoqué, lundi, ces tensions soulignant qu'il "fallait s'en inquiéter" :



Tensions entre Israel et le Hamaspar Europe1fr

. Netanyahu prêt à "intensifier l'opération".  Israël a adressé un "message clair" au Hamas et est prêt à "étendre" son opération à Gaza si nécessaire, a prévenu mercredi soir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans une déclaration télévisée. "Aujourd'hui, nous avons adressé un message clair au Hamas et aux autres organisations terroristes, et si cela devient nécessaire nous sommes prêts à étendre l'opération", a-t-il martelé. Dans la foulée, le gouvernement a autorisé, mercredi soir, le rappel de certains réservistes.

. La Ligue arabe prépare une réunion d'urgence sur Gaza. Le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi préparait mercredi une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères arabes. Nabil al-Arabi Arabi a pris contact avec le chef de la diplomatie libanaise Adnane Mansour, dont le pays assure actuellement la présidence de la Ligue arabe, pour préparer cette réunion, à la suite d'une demande en ce sens du président égyptien Mohamed Morsi, a-t-il précisé. Ils se réuniront samedi au Caire.

. L'Egypte rappelle son ambassadeur en Israël. L’attaque de Gaza a des répercussions jusqu’en Egypte. Le président Mohamed Morsi a décidé mercredi de rappeler l'ambassadeur d'Egypte en Israël.  Mohamed Morsi a également demandé au ministère des Affaires étrangères de convoquer l'ambassadeur israélien au Caire. Premier pays arabe à avoir signé un traité de paix avec Israël en 1979, l'Egypte avait déjà retiré son ambassadeur d'Israël après la deuxième Intifada, lancée en 2000, quand le président Hosni Moubarak - renversé en 2011 - était au pouvoir. L'Egypte joue habituellement les intermédiaires entre Israël et le mouvement palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, à chaque flambée de violence entre les deux parties. Mohamed Morsi, élu en juin 2012, a promis une politique plus dure, vis-à-vis d'Israël que son prédécesseur, accusé de ne pas à avoir fait assez pour empêcher une offensive dévastatrice israélienne contre Gaza en décembre 2008-janvier 2009.

Les Etats-Unis soutiennent Israël. Les Etats-Unis ont "fermement condamné" mercredi les tirs de roquettes palestiniens depuis la bande de Gaza vers le sud d'Israël et ont soutenu le droit de l'Etat hébreu à se défendre.  "Il n'y a aucune justification à l'emploi de la violence par le Hamas et d'autres organisations terroristes contre le peuple israélien", a déclaré le porte-parole adjoint du département d'Etat Mark Toner, exprimant dans un communiqué le "soutien" de Washington "au droit d'Israël à s'auto-défendre".