Quand les Etats-Unis recrutaient d'anciens nazis pour espionner

  • A
  • A
Quand les Etats-Unis recrutaient d'anciens nazis pour espionner
@ REUTERS
Partagez sur :

Plus d’un millier d’anciens nazis ont été recrutés par les Etats-Unis pendant la guerre froide pour espionner l’URSS. 

Le phénomène était connu mais largement sous-estimé. Selon l’édition de dimanche du New-York Times, plus d’un millier d’anciens nazis ont été recrutés par les services de renseignement américains pendant la Guerre froide. Eric Lichtblau, journaliste au quotidien américain et auteur du livre "The Nazis next door", à paraître cette semaine, a pu consulter des documents déclassifiés qui montrent que durant les années 1950, les directeurs du FBI et de la CIA ont activement recruté des nazis, tout en les protégeant d’éventuelles menaces judiciaires.  

Le FBI en sauveur. Dans les années 1980, le FBI a par exemple refusé de divulguer aux chasseurs de nazis du département de la Justice les informations en leur possession sur 16 anciens nazis vivant aux Etats-Unis. Des documents consultés par le journal montrent que l’agence de renseignement les a protégés car ils avaient fourni des renseignements sur des sympathisants communistes. Un fonctionnaire du FBI soulignait l’importance "de protéger la confidentialité de ces sources dans toute la mesure du possible".

Un dignitaire de haut rang recruté par la CIA. Le New York Times révèle également que la CIA a ainsi embauché un ancien officier SS de très haut rang : Otto von Bolschwing. Ce proche collaborateur de Adolf Eichmann, l’architecte de la "solution finale", a "écrit des documents sur la meilleure façon de terroriser des Juifs". Après la guerre, la CIA l’aurait non seulement  recruté, mais l’agence de renseignement lui aurait en plus permis d’emménager avec toute sa famille à New-York en 1954, et de poursuivre tranquillement sa vie sur le territoire américain.

Une protection de plus de 20 ans. Mais quand Adolf Eichmann a été capturé par des agents des services secrets israéliens en 1960, Otto von Bolschwing est allé demander de l’aide à la CIA pour cacher son passé. L’agence lui a alors "assuré que ses liens avec Eichmann ne seraient pas révélés". L’ancien officier SS a alors pu continuer à vivre paisiblement aux Etats-Unis pendant 20 ans, avant que des procureurs découvrent son rôle dans le régime nazi en 1980. Otto van Bolschwing a accepté de renoncer à sa nationalité américaine en 1981, mourant quelques mois plus tard.

Pas de commentaire du FBI et de la CIA. L’ancien directeur de la CIA, Allen Dulles, estimait  ainsi que les nazis pouvaient être "utiles" aux Etats-Unis. Le célèbre et puissant patron du FBI, John Edgar Hoover, a lui personnellement recruté plusieurs anciens dignitaires du IIIe Reich, et  a "rejeté les accusations de leurs crimes de guerre". Les liens entre les Etats-Unis et d’anciens nazis ont commencé à être révélés publiquement dans les années 1970. Mais jusqu’à présent, on estimait que seulement quelques centaines d’entre eux ont travaillé pour le gouvernement américain. Face à ces accusations, ni le FBI, ni la CIA n’ont livré le moindre commentaire.