Grèves et protestations de détenus dans des prisons américaines

  • A
  • A
Grèves et protestations de détenus dans des prisons américaines
@ JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Plusieurs prisons américaines étaient le théâtre vendredi de grèves et de protestations de détenus, après que les réseaux sociaux ont diffusé un appel à une vaste mobilisation dont l'ampleur restait difficile à évaluer.

Deux centrales pénitentiaires en Floride (sud-est), nommées Gulf et Mayo, ont été placées en état de confinement à la suite de "troubles", a rapporté le journal Miami Herald. Mercredi soir une autre prison de l'Etat, nommée Holmes, avait connu des "troubles majeurs" impliquant "plusieurs centaines de détenus hébergés dans de nombreux dortoirs", avaient indiqué les autorités pénitentiaires de Floride. Dans un autre communiqué vendredi, ces mêmes autorités ont indiqué que les visites étaient annulées ce week-end aux prisons de Gulf et de Holmes, sans donner de raisons.

Ailleurs aux Etats-Unis, les réseaux sociaux répercutaient vendredi des appels à des protestations pacifiques dans les prisons émanant d'associations militant pour une amélioration de la vie des prisonniers, parmi lesquelles the Incarcerated Workers Organizing Committee (IWOC). Selon l'association Free Alabama Movement, des grèves de détenus se déroulaient notamment dans des pénitenciers d'Alabama, du Texas et de la Caroline du Sud.
Ce mouvement qui se veut national a été lancé au jour anniversaire de la mutinerie de la prison américaine d'Attica, une rébellion historique qui avait éclaté le 9 septembre 1971 avant d'être matée quatre jours plus tard dans une répression sanglante.

Il veut dénoncer les conditions du travail quasi-obligatoire dans les prisons, pour des salaires dérisoires, même si d'autres motifs sont invoqués comme les carences de soins médicaux, les détentions en isolement, les abus des gardiens, etc. La population carcérale aux Etats-Unis atteint un niveau record, avec plus de 2,2 millions de personnes derrière les barreaux, dont des légions de malades mentaux et de petits délinquants.