Grèce : réunion de crise le 10 mai

  • A
  • A
Grèce : réunion de crise le 10 mai
@ REUTERS
Partagez sur :

Les pays de la zone euro vont se réunir au sujet de la crise grecque autour du 10 mai.

Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, a confirmé mercredi qu'il allait convoquer un sommet des pays de la zone euro "autour du 10 mai". L’objet des discussions sera la crise grecque qui affole les marchés et fait craindre une contagion dans la zone euro.

Pour tenter de redorer l’image de la Grèce et de la zone euro, Herman Van Rompuy a déclaré qu’il n’était "pas question de restructurer la dette". Le président de la Banque centrale européenne (BCE) avait déjà aussi assuré mardi qu’il était "hors de question" que la Grèce ou n'importe quel autre pays de la zone euro fasse défaut sur ses emprunts.

Réunion sans précédent

Une telle réunion au plus haut niveau sera sans précédent depuis le tout premier sommet de ce type, qui s'était déroulé à l'automne 2008 à Paris, à l'époque sur la crise financière. "Sur la base d'un rapport qui sera finalisé dans les prochains jours, les chefs d'Etat et de gouvernement décideront de l'activation du versement de l'aide actuellement en discussions entre la Commission européenne, la BCE et le Fonds monétaire international (FMI), et bien sûr le gouvernement grec", a Herman Van Rompuy. Il a assuré que ces discussions étaient "sur la bonne voie".

L’ objectif du sommet européen sera d'activer le plan d'aide à la Grèce, passant par des prêts de 30 milliards d'euros des pays de la zone euro pour 2010, et de quelque 15 milliards d'euros du FMI, si la Commission européenne et la Banque centrale européenne confirment que la requête d'Athènes est bien justifiée.

Athènes et le FMI discutent actuellement du montant exact du prêt du Fonds à la Grèce, a indiqué mercredi une source gouvernementale grecque, alors que les deux parties sont réunies. Selon la presse, le FMI pourrait avoir l'intention d'augmenter sa contribution au plan de sauvetage de la Grèce de 5 à 10 milliards d'euros. L'aide du FMI s'élèverait donc à 25 milliards d'euros, selon le Financial Times, citant des banquiers et de hauts responsables de la finance à Washington et Athènes. Les 10 milliards d'euros supplémentaires seraient accordés sous forme d'un prêt sur trois ans, selon un analyste financier à Athènes proche des pourparlers.

"Manque de clarté"

L'agence de notation Standard & Poor's a semé la panique mardi sur les marchés en abaissant de trois crans la note de la dette de la Grèce, de "BBB+" à "BB+", la reléguant dans la catégorie des investissements spéculatifs.

La Grèce "ne peut pas" emprunter sur les marchés à ces tauxet a besoin de l'argent de l'UE et du FMI d'ici le 19 mai, a affirmé mardi le ministre grec des Finances Georges Papaconstantinou, déplorant que son pays n'était pas "aidé" par l'Union européenne, dont l'attitude "manque de clarté".

La date

Alors que la situation presse, le sommet ne se tiendra pas avant quinze jours, soit juste après les élections en Allemagne prévues le 9 mai. L'aide à la Grèce est impopulaire en Allemagne.