Grèce : Alexis Tsipras veut rallumer la télé publique

  • A
  • A
Grèce : Alexis Tsipras veut rallumer la télé publique
@ AFP/DIMITRIS RAPAKOUSIS
Partagez sur :

A VOUS LES STUDIOS - L'ERT avait été fermée en 2013 par mesure d'austérité. Le gouvernement Syriza veut réembaucher les employés et rouvrir l'antenne.

Tout un symbole. En Grèce, Alexis Tsipras veut rouvrir le groupe de radio et de télévision public ERT, a annoncé son gouvernement vendredi. Un projet de loi sera déposé en ce sens le 5 mars devant le Parlement. La télévision publique avait fermé ses portes soudainement en 2013, après une décision du précédent gouvernement qui invoquait les mesures d'austérité imposées par les créanciers de la Grèce, la zone euro, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.

Une fermeture traumatisante. Le Premier ministre de gauche radicale Alexis Tsipras s'était engagé lors de sa campagne électorale à rouvrir l'ERT, dont la fermeture avait provoqué un émoi national et des condamnations mondiales, notamment celle de l'organisme des radiotélévisions européennes UER. Les forces de l'ordre avaient coupé les émetteurs de l'ERT le 11 juin 2013, mais des employés résistants ont continué pendant plusieurs mois à investir les locaux et à diffuser sur internet des journaux d'information. Un an plus tard, la Nerit avait repris le flambeau avec une équipe restreinte mais la nouvelle chaîne reste très critiquée, notamment pour sa complaisance avec l'ancien gouvernement.

>> Revivez les dernières minutes de l'ERT en 2013 : 



Le projet de loi prévoit "le retour au travail des licenciés [...] qui le souhaitent", a indiqué une source gouvernementale. De nombreux employés de ERT sont partis à la retraite, une autre partie a été licenciée. 

Rallume la télé, en réglant les problèmes... Le gouvernement de Syriza veut donc rouvrir la vraie ERT, en s'attelant à l'immense tâche de régler les problèmes du groupe télévisuel. L'ERT était critiquée pour ses gaspillages et sa pléthore d'employés, près de 2.600 personnes y travaillant. "Le gouvernement ne se contente pas de retourner à l'ancien cadre [qui régissait le groupe de médias], il va faire face aux problèmes mais sans les initiatives inadmissibles du précédent gouvernement comme d'imposer un écran noir", a indiqué une source gouvernementale.

... sans gréver le budget. "ERT va opérer sur la base de la démocratie, afin de revaloriser le programme culturel et d'information (...) Cela ne pèsera pas sur le budget du gouvernement", a assuré la source gouvernementale. Quelques minutes plus tard, le conseiller du Premier ministre Nikos Pappas a déclaré à la télévision que le gouvernement "n'exclut pas une augmentation de la redevance" pour financer le retour de ERT.

>> LIRE AUSSI - La télévision publique grecque renaît de ses cendres

>> LIRE AUSSI - Les Grecs mobilisés pour leur télé publique