Un incendie ravage une tour d'habitation à Londres, au moins douze morts

  • A
  • A
Partagez sur :

Au moins douze personnes sont mortes dans l'incendie survenu dans une tour d'habitation à Londres, dans la nuit de mardi à mercredi, selon un dernier bilan.

L'ESSENTIEL

EDIT : Le bilan, qui risque encore d'évoluer, est désormais de 17 morts

Un incendie spectaculaire a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi une tour d'habitation d'une trentaine d'étages dans le quartier de North Kensington, dans l'ouest de Londres. Au moins douze personnes ont trouvé la mort dans le drame, selon un nouveau bilan établi mercredi en fin d'après-midi, et de nombreuses autres restent portées disparues. 

Les principales infos à retenir

  • La tour est presque totalement calcinée, après avoir brûlé une bonne partie de la nuit 

  • Au moins douze personnes sont mortes, des dizaines ont été blessées

  • Le bilan pourrait s'alourdir et les opérations de recherche s'annoncent longues 


Que s'est-il passé ?

Une tour en flammes. Un gigantesque incendie a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi un immeuble d'habitation de 27 étages. 200 pompiers et 40 camions à incendie ont été mobilisés. Les secours ont été appelés vers 1h15 du matin (2h15 en France) pour intervenir sur cette tour, dont la construction date de 1974. 

"Je n'ai jamais vu une chose pareille. Les flammes se sont propagées. On aurait dit une grande colonne", a raconté Jeff, un voisin de l'immeuble, mercredi matin, sur Europe 1. Les pompiers ont indiqué avoir progressé "jusqu'au 20ème étage" et avoir "réussi à évacuer un grand nombre de résidents". 



Un risque d'effondrement ? Mercredi matin, certains médias affirmaient qu'un risque d'effondrement de la tour était possible. Selon la cheffe de la London Fire Brigade, l'immeuble était stabilisé en fin de matinée. Une équipe d'ingénieurs était en train d'inspecter la structure. 

Combien y a-t-il de victimes ?

Au moins douze morts. "Je peux confirmer que douze personnes sont mortes" mais "je crains malheureusement que le bilan s'alourdisse", a déclaré sur place Stuart Cundy, commandant à la Metropolitan Police, alors que de nombreuses personnes étaient toujours portées disparues. Tôt dans la journée, la cheffe des pompiers avait indiqué ne pas pouvoir établir de bilan précis, "à cause de la taille et de la complexité de l'immeuble". Plus de 70 blessés ont été transportés à l'hôpital. 



Des habitants bloqués. Un nombre indéterminé de personnes ont pu rester coincées à l’intérieur du bâtiment, si l'on en croit certains témoignages. Plusieurs personnes ont raconté avoir entendu des cris sortant de l'immeuble. Dans une vidéo publiée sur Twitter par la journaliste du Guardian, Alice Ross, on entend des voisins appeler un homme coincé chez lui pour lui demander son numéro d'appartement afin d'y guider les forces de l'ordre. "De tous les côtés, les gens criaient au secours. Je sais qu'il y avait des gens coincés à l’intérieur du bâtiment et notamment une petite fille de cinq ans", a raconté un des habitants de la tour évacuée sur la chaîne britannique Sky News.

Un témoin, Jody Martin, arrivé sur les lieux en même temps que le premier camion de pompiers, a également raconté à la BBC avoir vu une personne tomber de l'immeuble ainsi qu'une femme tenir son bébé à la fenêtre.

"De nombreuses personnes sont portées disparues. Certaines ont pu trouver refuge chez des voisins ou des amis", a affirmé à la chaîne Sky News le maire de Londres, Sadiq Khan. 

Quelles sont les causes de l'incendie ?

Pour l'heure, elles restent inconnues. Des documents en ligne montrent qu'un collectif de résidents s'était plaint à plusieurs reprises ces dernières années de l'état de l'immeuble et des risques d'incendie potentiels. "Tous nos avertissements sont tombés dans l'oreille d'un sourd alors qu'une catastrophe comme celle-ci était inévitable", a commenté le blog d'un Groupe d'action de Grenfell après le drame.

Salah Chebiouni, 45 ans, qui a réussi à sortir de l'immeuble, a déclaré que cela sentait "le plastique brûlé". Évoquant de récents travaux de rénovation, il a déclaré : "Ça ressemblait à du métal." "Je pensais qu'ils avaient fait quelque chose de bien. En fait, c'était du plastique", a-t-il regretté.