Grande-Bretagne : le vice-Premier ministre dément des accusations de harcèlement sexuel

  • A
  • A
Grande-Bretagne : le vice-Premier ministre dément des accusations de harcèlement sexuel
Damian Green a réfuté les accusations portées par Kate Maltby contre lui. @ DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Partagez sur :

Damian Green est visé par des accusations de harcèlement sexuel de la part d'une ancienne militante du Parti conservateur. 

Le vice-Premier ministre britannique Damian Green a réfuté mercredi les accusations de harcèlement sexuel portées à son encontre par une ancienne militante du Parti conservateur.

Une main sur un genoux et un SMS "suggestif". Damian Green est accusé par Kate Maltby, une ancienne militante conservatrice aujourd'hui écrivain, d'avoir posé sa main sur son genou lors d'un rendez-vous avec elle dans un pub en 2015, et de lui avoir envoyé un SMS "suggestif" après qu'elle soit apparue en photo dans un journal. "Je doute que vous puissiez avoir une quelconque idée de combien je me suis sentie mal, embarrassée, et compromise sur le plan professionnel. Peut-être que vous n'avez même pas pensé que vous faisiez quelque chose de mal. Et c'est ça le problème", a écrit Kate Maltby dans une tribune publié par le quotidien Times.

"Complètement faux", rétorque Green. Damian Green a réfuté ces accusations. "Dire que j'ai fait des avances à caractère sexuel à Mme Maltby est complètement faux. Ces allégations mensongères sont pour moi un choc et sont profondément blessantes, particulièrement de la part de quelqu'un que je considérais comme une amie", a-t-il déclaré. En réaction, Theresa May, proche de Damian Green depuis ses années étudiantes, a demandé l'ouverture d'une enquête pour établir la véracité des faits.

Un autre membre aussi visé par des accusations. Damian Green est l'homme politique le plus éminent à être touché par une vague d'accusations sur des faits de harcèlement sexuel qui secoue le monde politique britannique dans la lignée du scandale Weinstein. Une autre militante, Bex Bailey, membre du Parti travailliste, a déclaré avoir été victime d'un viol par un autre membre du parti, plus âgé et plus expérimenté qu'elle, lors d'un événement organisé par sa famille politique en 2011, alors qu'elle avait 19 ans. Un porte-parole du Labour a indiqué que le parti prenait "extrêmement au sérieux" cette accusation, et avait lancé une enquête interne, tout en demandant à la police de se pencher l'affaire.