Grande-Bretagne : la Première ministre appelle à des législatives anticipées le 8 juin

  • A
  • A
Grande-Bretagne : la Première ministre appelle à des législatives anticipées le 8 juin
Theresa May a procédé à une annonce surprise devant sa résidence de Downing Street.@ HO / AFP
Partagez sur :

Pour valider la tenue du scrutin, la Première ministre doit encore obtenir l'aval du parlement à la majorité des deux tiers.

La Première ministre britannique Theresa May a appelé mardi à la tenue d'élections législatives anticipées pour le 8 juin lors d'une annonce surprise devant sa résidence de Downing Street, trois semaines après le déclenchement du Brexit.

"J'ai décidé d'appeler des législatives anticipées le 8 juin", a affirmé Theresa May dans une déclaration solennelle. Pour valider la tenue du scrutin, la Première ministre doit encore obtenir l'aval du parlement à la majorité des deux tiers.

Corbyn a laissé entendre qu'il ne s'y opposerait pas. L'opposition travailliste a donc en théorie le pouvoir de bloquer l'initiative, mais son leader Jeremy Corbyn a laissé entendre dernièrement qu'il ne s'opposerait pas à des élections anticipées. La cheffe du gouvernement conservateur, en poste depuis moins d'un an, compte tirer profit de l'extrême faiblesse des travaillistes dans les sondages pour conforter son mandat et sa majorité par le vote populaire avant les difficiles négociations sur la sortie de l'Union européenne.

Avoir les coudées franches. Theresa May a pris les rênes de l'exécutif, sans être élue, quelques jours après le coup de tonnerre du référendum du 23 juin 2016 où les Britanniques se sont prononcés à près de 52% pour un Brexit, conduisant son prédécesseur David Cameron à la démission. Ce dernier a d'ailleurs salué la décision de Theresa May d'appeler à des législatives anticipées et lui a souhaité bonne chance sur Twitter. 



Les prochaines élections législatives n'étaient prévues que pour 2020. Mais Theresa May, dont la popularité est au zénith, a estimé que c'était le bon moment pour tenter de renforcer sa légitimité et avoir les coudées franches, alors que s'ouvre une période de deux ans de discussions avec l'UE pour négocier un divorce qui s'annonce douloureux.