Gordon Brown, un "mort vivant" selon la presse britannique

  • A
  • A
Gordon Brown, un "mort vivant" selon la presse britannique
Partagez sur :

Gordon Brown a procédé vendredi à un remaniement ministériel après la démission annoncée de sept ministres en trois jours suite à l'affaire des notes de frais. Un expédient qui ne réussira pas à faire illusion selon la presse.

Remaniement ministériel limité vendredi en Grande-Bretagne, où le gouvernement est mis sous pression par les démissions successives de huit de ses ministres. Gordon Brown a toutefois exclu de quitter son poste. "Je ne vacillerai pas, je ne m'en irai pas. Je continuerai à ce poste et je terminerai le travail".

Confirmé à la tête du ministère du Commerce, avec des compétences élargies, Peter Mandelson prend le rang de numéro un des ministres. Bob Ainsworth, actuel secrétaire d'Etat aux Forces armées, a été promu ministre de la Défense. Le secrétaire à la Santé, Alan Johson, devient ministre de l'Intérieur, tandis que Peter Hain, un ancien membre du gouvernement, fait son retour au poste de secrétaire au Pays de Galles.Huit ministres ont annoncé depuis quatre jours leur démission.

Trois autres ministres avaient annoncé leur départ dans la seule journée de vendredi : le ministre des Transports, Geoff Hoon, le ministre de la Défense, John Hutton, et le ministre du Travail et des Retraites, James Purnell.

Ces démissions font suite pour certains ministres au scandale des notes de frais. Depuis un mois, la presse britannique révèle quasi quotidiennement des abus de députés, parfois également ministres, qui se sont par exemple fait rembourser des croquettes pour chiens ou des boîtes d'allumettes aux frais du contribuable.

La presse britannique semble unanime: le remaniement ministériel annoncé vendredi n'est qu'un expédient qui ne réussira pas à faire oublier l'échec du Labour aux élections locales et européennes. Les précisions d'Amandine Alexandre, correspondante d'Europe 1 à Londres :



Le Premier ministre britannique n'est plus qu'un "mort vivant" estiment les médias Outre-manche. "Gordon Brown est comme un taureau blessé...fier, mais apparemment inconscient de l'épée profondément enfoncée entre ses omoplates...", écrit ainsi le Sun.

Quant aux européennes, qui se sont tenues jeudi et dont les résultats ne seront pas annoncés avant dimanche soir, les sondages prédisent au Labour une déroute similaire. "Gordon Brown est encore debout, à peine. La question est de savoir s'il peut encore gouverner", se demande le Financial Times.

Au pouvoir depuis 1997, le Parti travailliste est en chute libre dans les sondages en conséquence de l'affaire des notes de frais. Avant les élections européennes, qui avaient lieu jeudi outre-manche, et dont les résultats seront connus dimanche, il ne bénéficiait que de 18% des intentions de vote, 22 points derrière l'opposition conservatrice (40%). Quant aux élections locales, selon les premiers résultats, le Labour est en passe de perdre la plupart des collectivités locales qu'il détenait.