Gilad Shalit pourrait bientôt être libéré

  • A
  • A
Gilad Shalit pourrait bientôt être libéré
Scène de joie à Jérusalem après l'annonce d'un accord sur la libération de Gilad Shalit.@ MAX PPP
Partagez sur :

Israël et le Hamas ont conclu un accord pour la libération du soldat, prisonnier depuis cinq ans.

Après cinq ans d'emprisonnement, Gilad Shalit n'est plus qu'à quelques heures de recouvrer la liberté. Le Hamas a confirmé mardi soir l'accord sur la libération du soldat israélien, qui a par ailleurs la nationalité française.

"Nous mettons la main aux dernières dispositions techniques pour achever l'accord dans les jours qui viennent", a déclaré en ce sens Abou Oubeïda, porte-parole de l'aile militaire du Hamas. Gilad Shalit, détenu à Gaza, aurait été informé de la conclusion d'un accord pour sa libération, a annoncé mercredi un groupe armé palestinien.

De son côté, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a confirmé au sortir d'une réunion d'urgence mardi soir que Shalit pourrait retrouver Israël "dans quelques jours". Réunies, les autorités israéliennes devaient finaliser les conditions de l'échange, et permettre d'éventuels recours israéliens devant la Cour suprême, a estimé une chaîne de télévision israélienne.

Son père n'a "pas été informé"

Le Hamas a précisé la nature de l'échange : le soldat sera libéré contre 1.027 Palestiniens, dont 27 femmes. Un dirigeant de la deuxième Intifada palestinienne, Marwane Barghouthi, figurera parmi les prisonniers libérés.

Techniquement, 450 premiers seront remis en liberté au même moment que Gilad Shalit et les 550 suivant le seront par la suite. Les négociations avaient jusqu'à présent achoppé sur l'identité des détenus concernés et le lieu de leur libération. Le gouvernement israélien s'était toujours refusé à relâcher en Cisjordanie des Palestiniens impliqués dans des attentats.

Rassemblement palestinien

Noam Shalit, le père du jeune soldat israélien, s'est fait confirmer l'information au téléphone par Benjamin Netanyahou. Son fils, qui a également la nationalité française, a été enlevé en juin 2006 par un commando de trois groupes armés palestiniens, dont la branche militaire du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007. Il est depuis détenu au secret.

Peu après la confirmation par les deux parties de la signature d'un accord, des milliers de Palestiniens se sont rassemblés dans le nord de la bande de Gaza pour célébrer la libération d'un millier de prisonniers.