Londres : l'homme qui a attaqué des musulmans poursuivi pour meurtre lié au terrorisme

  • A
  • A
Londres : l'homme qui a attaqué des musulmans poursuivi pour meurtre lié au terrorisme
Le suspect doit comparaître vendredi pour une première audition.@ Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
Partagez sur :

Une personne a été tuée et onze autres blessés dans la nuit de dimanche à lundi par une camionnette lancée contre des musulmans quittant une mosquée de Londres.

L'homme qui a foncé sur des fidèles musulmans près de la mosquée de Finsbury Park en début de semaine à Londres a été mis en examen pour "meurtre lié au terrorisme", ont annoncé le parquet et la police vendredi. Darren Osborne, 47 ans, doit comparaître dès vendredi devant le tribunal londonien de Westminster, pour une première audition après son attentat qui avait fait un mort et onze blessés dans la nuit de dimanche à lundi.

Une communauté "en état de choc". Cette attaque est survenue dans un climat d'extrême fébrilité au Royaume-Uni, après trois autres attentats en trois mois revendiqués par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) qui ont fait 35 morts. La mosquée de Finsbury Park était connue au début des années 2000 comme un haut lieu des islamistes londoniens, qui y écoutaient les prêches enflammés d'Abou Hamza. Ce dernier a été condamné à la perpétuité en 2015 aux États-Unis, notamment pour terrorisme. La direction de la mosquée a changé depuis. "Notre communauté est en état de choc", avait dit lundi son président Mohammed Kozbar, appelant les fidèles à se montrer vigilants alors que des effectifs policiers supplémentaires ont été déployés à Londres pour "rassurer les communautés".

De plus en plus d'actes islamophobes. À la suite des attentats récents revendiqués ou inspirés par l'EI, le nombre d'incidents ou d'agressions antimusulmans a fortement augmenté dans le pays. À Londres, ils ont été multipliés par cinq depuis l'attentat sur le pont de Westminster qui a fait le 22 mars cinq morts et vingt blessés, avait annoncé début juin le maire de la ville Sadiq Khan, avec en moyenne vingt incidents anti-musulmans par jour.