Gaza : dix morts dans une école de l'ONU, Washington "consterné"

  • A
  • A
Gaza : dix morts dans une école de l'ONU, Washington "consterné"
Une école a été touchée à Rafah, dans la bande de Gaza.@ REUTERS
0 partage

CONFLIT - Une école de l'ONU à Rafah a été touchée par une frappe meurtrière. Tsahal a annoncé avoir visé des "trois terroristes djihadistes".

Le conflit en est à son 27ème jour, et rien ne laisse entrevoir une fin rapide. Dimanche, au moins dix Palestiniens ont été tués dans une nouvelle frappe sur une école de l'ONU de la bande de Gaza, où quelque 3.000 personnes avaient trouvé refuge. En début de soirée, l'armée israélienne a admis avoir tiré près de l'école. Washington se dit "consterné" par cette nouvelle frappe, François Hollande dénonce "un bombardement inadmissible". L'armée israélienne a annoncé avoir "visé trois terroristes djihadistes qui se trouvaient sur une moto aux abords d'une école de l'UNRWA à Rafah" et procéder à des vérifications concernant les "conséquences de cette attaque". 

>> LIRE AUSSI - Le soldat israélien porté disparu a été tué au combat

Trois écoles touchées en dix jours. Chris Gunness, porte-parole de l'Agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), qui gère l'école, n'a pas imputé la responsabilité des tirs à l'un ou l'autre des belligérants, Israël et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza. Cette école de l'ONU, située à Rafah, est la troisième touchée en dix jours. Une trentaine de Palestiniens ont déjà été tués dans des frappes sur des écoles à Beit Hanoun le 24 juillet et à Jabaliya le 31 juillet. Ban Ki-moon le secrétaire général de l'ONU, a qualifié cette attaque, un "scandale", de "nouvelle violation flagrante du droit humanitaire international". "Cette folie doit cesser", a-t-il ajouté. 



Clarissa Ward, journaliste de la chaîne américaine CBS, indique de son côté que selon un porte-parole de l'ONU, les coordonnées GPS de l'école de Rafah ont été transmises 33 fois à l'armée israélienne, "y compris une heure avant la frappe".

Déluge de feu sur Rafah. Quant à Rafah, elle est soumise à un déluge de feu depuis que trois soldats israéliens y ont été tués vendredi, au cours de combats qui ont fait voler en éclats le seul cessez-le-feu accepté par Israël et le Hamas. 



Des retraits de troupes. L'opération "Bordure protectrice", déclenchée le 8 juillet, se poursuit donc. Mais dimanche, l'armée israélienne a confirmé officiellement pour la première fois avoir entreprise de retirer un certain nombre de troupes sans toutefois préciser combien, tandis qu'elle en redéployait d'autres à l'intérieur de la bande de Gaza. "Nous en retirons certaines, nous en changeons certaines (de position) à l'intérieur (du territoire), cette mission est en cours", a déclaré le porte-parole de l'armée, Peter Lerner, sans plus de précisions.

>> LIRE AUSSI - Netanyahou : "nous allons continuer l'opération" à Gaza

Le conflit entamé le 8 juillet a déjà fait 1.766 morts et 9.320 blessés côté palestinien. Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont été tués.

>> LIRE AUSSI - A Gaza, eau et électricité se font rares