Gaza : retour sur la journée de dimanche

  • A
  • A
Gaza : retour sur la journée de dimanche
@ Reuters
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - Dimanche a été une nouvelle journée de violence dans la bande de Gaza.

Le bilan humain s’alourdit. Depuis le lancement de l’offensive israélienne, il y a cinq jours, ce dimanche fut la journée la plus sanglante : Vingt-cinq Palestiniens, en majorité des femmes et des enfants, ont trouvé la mort. Côté israélien, sept personnes ont été blessées.

>> A LIRE AUSSI : un bébé tué dans un raid à Gaza

18

Des raids aériens ont touché deux centres de médias. Neuf journalistes ont été blessés, ont indiqué des sources médicales palestiniennes.

>> A LIRE AUSSI : Israël prêt à envisager une trêve

RTR3AK8U

Laurent Fabius était en Israël. Le ministre français des Affaires étrangères s’est rendu à Tel-Aviv. Et après une visite dans les Territoires palestiniens, le chef de la diplomatie française s’est exprimé lors d’un point-presse : "La guerre n'est pas une option. Ce n'est jamais une solution. Il y a urgence à intervenir."

>>  A LIRE AUSSI : Pour Fabius, "la guerre n'est pas une option"

Les conditions de la trêve. Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a déclaré dimanche qu’Israël était prêt à envisager une trêve, mais sous conditions. "Notre seule condition pour une trêve, c’est que tous les groupes terroristes opérant à Gaza cessent complètement le feu", a affirmé M. Lieberman avant de s’entretenir avec son homologue français Laurent Fabius. Un responsable du Hamas à Gaza, Ahmad Youssef, a précisé de son côté que le mouvement souhaitait "la levée du blocus injuste de Gaza et l'arrêt des fréquentes agressions et assassinats israéliens".

>> A LIRE AUSSI : Abbas appelle les Palestiniens à "l'unité"

La communauté internationale s’inquiète. Barack Obama a réaffirmé qu'"Israël était en droit d'attendre que des missiles ne soient pas tirés sur son territoire". Mais le président américain a tout de suite ajouté que "si cela peut être accompli sans l'accroissement des activités militaires à Gaza, c'est préférable. " De son côté, Londres a prévenu qu'une opération terrestre pourrait "coûter" à Israël "une grande partie" de son soutien international, le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague estimant qu'elle "menacerait de prolonger le conflit". Son homologue russe Sergueï Lavrov va proposer mardi à la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton de réunir le Quartette (ONU, UE, Etats-Unis, Russie) sur la situation à Gaza, selon l'agence Ria Novosti. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, se rendra quant à lui mardi prochain à Gaza à la tête d'une délégation ministérielle.