Gaza-Israël : les réseaux sociaux réclament la paix

  • A
  • A
Gaza-Israël : les réseaux sociaux réclament la paix
@ Sulome Anderson (twitter)
Partagez sur :

EN LIGNE - Depuis le début de l’offensive israélienne à Gaza, des initiatives spontanées sont lancées sur Facebook et Twitter pour rapprocher les peuples.

Facebook et Twitter défouloirs de la haine ? C’est l'un des reproches les plus courants faits aux réseaux sociaux, surtout sur des questions aussi "sensibles" que celles du conflit israélo-palestinien. Et pourtant, des initiatives fleurissent sur la toile ces derniers jours pour rapprocher les peuples. Ainsi, des pages Facebook sont créées et de nombreuses photos sont partagées sur Twitter par des groupes d'individus qui veulent montrer au monde que la paix est possible entre Israéliens et Palestiniens.

Un hashtag pour la paix

peace3

(Twitter / "Ma mère est juive, mon père musulman, comment pourrais-je être l'ennemie de moi même?") 

Aux quatre coins du monde, ils sont des centaines à partager des clichés sur le hashtag #JewsAndArabsRefuseToBeEnemies (Juifs et arabes refusent d’être ennemis, ndlr.) et ainsi symboliser une entente possible entre les communautés. 

Des couples

Des amis

Des familles



Et... des avocats !



Sur Instagram aussi



Sur Facebook, des photos… et du Houmous !

La page Facebook Jews & Arabs Refuse To Be Enemies reprend le même principe que le hashtag Twitter. Elle rassemble déjà près de 25.000 fans.

peascefb2

Mais c’est avec l’une des spécialités culinaires les plus populaires au Proche-Orient : le houmous (préparation à base de pois chiche), que les créateurs de la page Facebook The Hummus Initiative (presque 25.000 fans) ont décidé d’agir. Le principe ? Collecter des clichés de gens dégustant du houmous ensemble. Là encore, on trouve cette volonté de symboliser un rapprochement entre les peuples, ce plat étant apprécié aussi bien du côté israélien que palestinien.

 
houmousfb

Ces initiatives suffiront-elles à ramener le calme au Proche-Orient ? C’est peu probable, mais on se prend à rêver que les belligérants auront vent de cette mobilisation, et qui sait, son ampleur fera-t-elle un jour pencher la balance en faveur de la paix.