Gaza : frappes aériennes contre 4 positions du Hamas

  • A
  • A
Gaza : frappes aériennes contre 4 positions du Hamas
Un avion de l'armée de l'air israélienne. Image d'illustration.@ JACK GUEZ / AFP
Partagez sur :

Pour le moment, on ignore si ces raids aériens, survenus dans la nuit de mercredi à jeudi, ont fait ou non des victimes.

L'armée israélienne a indiqué avoir mené dans la nuit de mercredi à jeudi de nouvelles frappes aériennes contre des positions du Hamas islamiste qui dirige la bande de Gaza, territoire palestinien en proie à un accès de tensions mettant à l'épreuve un fragile cessez-le-feu.

Des frappes déjà mercredi. "Ripostant aux attaques en cours contre les forces israéliennes, un appareil de l'armée de l'air israélienne a frappé dans la nuit quatre sites terroristes du Hamas dans le nord de la bande de Gaza", a dit l'armée israélienne dans un communiqué. On ignore si ces raids ont fait des victimes. L'armée israélienne avait déjà indiqué avoir conduit des frappes aériennes mercredi sur cinq positions du Hamas dans le sud de la bande.

Des soldats israéliens visés par des tirs. Depuis mercredi, des soldats israéliens opérant le long de la barrière de sécurité israélienne qui enferme hermétiquement le territoire ont été visés par des tirs répétés de mortier et de roquettes, a rapporté l'armée israélienne. Des soldats ont encore été visés par des tirs de mortier dans la nuit, a-t-elle dit. Les tout premiers incidents ont commencé mardi par des tirs contre un groupe de soldats israéliens. Ils se sont notablement intensifiés mercredi. La riposte israélienne a commencé par des tirs de char, avant les raids aériens. Ces incidents sont parmi les plus sérieux depuis août 2014 et le cessez-le-feu tendu observé par Israël et les groupes armés palestiniens.

Le Hamas directement mis en cause. Israéliens et Palestiniens se sont livrés en juillet-août 2014 la plus longue et la plus dévastatrice des trois guerres dans la bande de Gaza depuis 2008. Elle a provoqué la mort de 2.251 personnes, majoritairement des civils, côté palestinien, selon l'ONU, et 73, dont 67 soldats, côté israélien. Le cessez-le-feu depuis était sporadiquement remis en cause par des tirs de roquettes de Gaza vers Israël. Ils étaient généralement attribués à des groupes armés contestant l'autorité du Hamas qui, lui, trouverait pour le moment un intérêt à maintenir la trêve. Cette fois cependant, l'armée israélienne accuse directement le Hamas. Au cours des derniers jours, "le Hamas a procédé à des tirs répétés de mortier et de roquettes contre les forces israéliennes" opérant le long de la barrière de sécurité, a-t-elle dit.