Gare aux nouvelles drogues

  • A
  • A
Gare aux nouvelles drogues
39 nouvelles drogues ont été repérées depuis le début de l'année.
Partagez sur :

Pas moins de 39 nouvelles substances ont été repérées en 2011 en Europe.

Les politiques anti-drogues de l’Union européenne sont-elles dépassées ? C’est ce qu’affirme l’Observatoire européen des drogues et toxicomanies (OEDT), dans son rapport annuel publié mardi et consultable sur Internet. Principale constatation : les nouvelles drogues, dont certaines sont vendues sur Internet, gagnent du terrain. Depuis le début de l’année, l’OEDT a ainsi repéré 29 nouvelles substances. En 2008, seuls 13 nouveaux produits avaient été détectés, selon Le Monde.

Les drogues plus anciennes semblent battre en retraite. D’après les chercheurs, la consommation de cannabis est en train de "céder du terrain chez les jeunes", même si elle demeure la drogue "la plus populaire en Europe". Ce recul pourrait être imputable à la baisse de consommation de tabac, souvent utilisé avec le cannabis.

La cocaïne trop chère

L’usage de la cocaïne pourrait "avoir atteint un sommet", peut-être à cause de son coût élevé qui la rend moins accessible en temps de crise. Quant aux drogues de synthèse, comme l’ecstasy et les amphétamines, leur consommation est "globalement stable ou en recul".

Les nouvelles "substances psychoactives non contrôlées" sont souvent présentées sous l’appellation "euphorisants légaux". L’OEDT a recensé l’apparition de 600 boutiques vendant certaines de ces substances en ligne, un nombre record.

Surveillance d’Internet et des égouts

Parmi ces nouveaux produits, l’Observatoire cite la méphédrone, une drogue de synthèse proche de la cocaïne ou de l’ecstasy, vendue sur Internet comme un "euphorisant légal", mais aussi par des réseaux illégaux. Des cannabinoïdes de synthèse, des cathiones, c’est-à-dire du khat, de synthèse, ou encore des dérivés de médicaments, comme la kétamine ou la PCP, font également partie de ces nouvelles substances.

Pour les repérer, les autorités surveillent étroitement les boutiques sur Internet, mais aussi les eaux usées, dont l’analyse peut révéler les tendances de consommation, note Le Monde. En résumé, note Wolfgang Götz, directeur de l’Observatoire, "le marché de la drogue est en évolution de plus en plus rapide et globalisée, prompt à s’adapter aux menaces et aux opportunités".