Fusillade meurtrière sur une base militaire américaine

  • A
  • A
Fusillade meurtrière sur une base militaire américaine
Partagez sur :

Un officier psychiatre qui se disait victime de harcèlement a ouvert le feu sur la base de Fort Hood, au Texas, tuant 13 personnes.

Treize personnes au moins ont été tuées et 30 autres blessées dans une fusillade qui a éclaté jeudi vers 13h30, heure locale, sur la base américaine de Fort Hood, près de la ville d'Austin, au Texas. Toutes les victimes sont des militaires. Plusieurs membres des forces de l'ordre ont été blessés.

Le tireur a été "touché par balles à plusieurs reprises, a indiqué le général Bob Cone jeudi soir. Il est en état d'arrestation et son état est stable." Des informations précédentes faisaient état de sa mort, et même de l'existence d'un deuxième tireur qui aurait été arrêté. Mais le général Cone a démenti cette version des faits, tout comme il a écarté la thèse d'un acte terroriste : "Les éléments que nous avons ne s'orientent pas dans cette direction."

L'auteur de la tuerie est le commandant Nidal Malik Hasan, un officier psychiatre âgé de 39 ans, né aux Etats-Unis de parents jordaniens. Il devait être prochainement envoyé en Irak, un voyage qu'il disait redouter. Le général Cone n'a pas voulu se prononcer sur le mobile de la fusillade, ni sur les antécédents du tireur, qui n'a pas encore parlé aux enquêteurs. Mais un cousin du tireur a assuré à la télévision que Nidal Malik Hasan se plaignait du "harcèlement de la part de ses collègues de l'armée" du fait de son origine moyen-orientale.

Voici des images diffusées par CNN, qui dévoile des photos du tireur :

Le commandant Hasan a ouvert le feu à l'aide de deux armes de poing dans un bâtiment où de nombreux soldats suivaient des examens médicaux avant d'être envoyés en mission en Irak ou en Afghanistan. Il s'est ensuite dirigé vers une salle où se déroulait une cérémonie de remise de diplômes, à laquelle assistaient 600 personnes. "Plusieurs soldats ont réagi rapidement et ont fermé les portes de l'auditorium", a rapporté le général Cone, précisant qu'une civile avait été la première à tirer sur l'agresseur, mettant fin au massacre.

La base a été placée en état d'urgence et fermée. Une alerte a été mise en lignesur le site internet de Fort Hood. "Ceci n'est pas un exercice. Il s'agit d'une situation d'urgence", peut-on y lire. "Les unités de la base ont l'ordre de faire l'appel de l'ensemble du personnel." Fort Hood est la plus grande base militaire des Etats-Unis : elle est presque aussi étendue que la ville de New York. Elle abrite plusieurs dizaines de milliers de soldats et des milliers de civils, et accueille notamment des soldats victimes de syndromes de stress post-traumatique après avoir servi en Irak ou en Afghanistan.

Le président américain Barack Obama s'est ému d'un "horrible déchaînement de violence" : "Nous ne connaissons pas encore, à cette heure, tous les détails de ce qui s'est passé et nous les divulguerons quand nous les connaîtrons", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse. Le Sénat américain et la Chambre des représentants ont observé une minute de silence à l'appel de élus locaux.