Fusillades au Canada : "c'était l'affolement général"

  • A
  • A
Fusillades au Canada : "c'était l'affolement général"
@ Capture d'écran Radio Canada
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Frédéric Leturque, le maire d'Arras, raconte comment il a échappé de peu à la fusillade du Parlement d'Ottawa, qui a fait un mort.

A dix minutes près, il se serait retrouvé en pleine fusillade. Frédéric Leturque, le maire d'Arras, qui avait rendez-vous mercredi avec le président du Sénat canadien, arrivait au Parlement quand une fusillade a éclaté à l'intérieur. 

>> LIRE AUSSI - Canada : plusieurs tireurs font feu dans Ottawa

"La voiture des auteurs était juste à côté". Frédéric Leturque raconte comment il a échappé de peu à la fusillade. "Si le rendez-vous n'avait pas été décalé de dix minutes, on aurait été dans l'entrée au moment des faits. En fait, on a appris en arrivant aux portes du Parlement qu'un problème se passait. A priori, la voiture des auteurs était juste à côté de nous", a confié l'élu sur Europe 1.

Écoutez Frédéric Leturque :



Fusillade au Canada : "c'était l'affolement...par Europe1fr

Selon différents témoignages, les tireurs ont d'abord fait feu sur l'un des deux agents stationnés devant le monument aux morts, avant de s'emparer, sous la menace, d'un véhicule officiel. Là, ils ont pu s'approcher jusqu'aux portes du Parlement, un périmètre uniquement réservé aux véhicules autorisés et de police. Ils se seraient ensuite rués à l'intérieur du bâtiment central où siègent les députés et sénateurs. Peu après, une forte détonation a été entendue, aussitôt suivie d'un tir nourri des policiers.

"On est bloqué dans l'hôtel". "On a surtout vu des gens fuir le Parlement. Une série de policiers qui nous demandaient d'évacuer les lieux. C'était l'affolement général. On voyait des policiers qui arrivaient de partout. La personne du protocole qui nous attendait est blessée. Elle a reçu un coup de feu. C'est assez choquant. On est actuellement dans un hôtel où des personnes du Parlement se sont réfugiées. Elles sont choquées, en pleurs. On est bloqué dans l'hôtel, les tireurs d'élite essaient de bloquer les auteurs", témoigne encore le maire d'Arras. Le tireur a été abattu par les forces canadiennes.