Fukushima : "un incident très grave"

  • A
  • A
Fukushima : "un incident très grave"
@ REUTERS
Partagez sur :

L’origine de l’explosion reste floue. Elle est déterminante pour déterminer la gravité de l’incident.

Les craintes d'un accident nucléaire majeur grandissaient samedi au Japon après l’explosion intervenue samedi matin dans la centrale de Fukushima à Daiichi, sur la côte nord-est du Japon."Que ce soit le réacteur ou le système de refroidissement, c’est un incident très grave" a indiqué samedi sur Europe 1 Alain Cirou, consultant scientifique pour la radio.

"C’est comme si on comparait une chaudière et un radiateur"

L’origine de l’explosion demeure floue. "On est très embêtés pour dire ce qui se passe car on a officiellement pas d’information sur l’origine de l’explosion", a ajouté le consultant. "Or, les conséquences ne seront pas les mêmes si cela s’est passé dans le réacteur ou dans le système de refroidissement. C’est comme si on comparait une chaudière et un radiateur" a expliqué l'expert.

"Tout dépend de la qualité de l'enceinte de confinement"

Interrogé par i-Télé, Thierry Charles, le directeur sûreté de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), a, de son côté, estimé que tout dépendait de la "qualité de l'enceinte de confinement" qui entoure ce réacteur principal. Or, en raison de l'effondrement de son toit, cette enceinte a tous les risques d'être "dégradée", même si, en l'état, rien ne permet de l'affirmer clairement. En tout état de cause, l'hypothèse de "conséquences très graves" pour la population et l'environnement n'est pas à exclure, a affirmé l’expert.

"On n'est pas a priori sur un risque d'explosion (du réacteur nucléaire) de type Tchernobyl, mais plutôt sur un risque d'endommagement du réacteur", a estimé Olivier Gupta, directeur général adjoint de l'ASN. Selon l'Autorité de sûreté nucléaire, la situation dans la centrale japonaise ressemblait davantage samedi matin à celle de la centrale de Three Mile Island aux Etats-Unis, en 1979, avec un problème de refroidissement du réacteur.

Samedi matin, le Premier ministre Naoto Kan a ordonné l'évacuation des habitants dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale, doublant la distance qui avait été fixée vendredi. Selon l'agence Kyodo, la radioactivité reçue en une heure par une personne se trouvant sur le site correspond à la limite de radioactivité à ne pas dépasser annuellement.

La centrale de Fukushima N°1 a été victime d'une série de problèmes depuis que le très fort séisme et ses répliques à répétition ont perturbé le fonctionnement de ses circuits de refroidissement. Des problèmes de température sont apparus et l'armée de l'air américaine avait livré dans la nuit de vendredi à samedi du liquide de refroidissement sur place. Un niveau de radioactivité mille fois supérieur à la normale a été détecté dans la matinée dans la salle de contrôle du réacteur.