Fukushima : le rapport qui accable Tepco

  • A
  • A
Fukushima : le rapport qui accable Tepco
Un rapport dénonce l'attitude de Tepco et de l'état japonais pour leur gestion de l'accident nucléaire de Fukushima.@ REUTERS
Partagez sur :

Le manque de préparation et d’organisation face à l'accident de la centrale nucléaire est dénoncé.

Les experts sont formels : "il y a eu un problème majeur dans la préparation aux catastrophes nucléaires". Dans un rapport publié lundi,  des spécialistes mandatés par le gouvernement japonais mettent en cause le manque de préparation et d'organisation face à l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima provoqué par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est du Japon.

Pour les enquêteurs, le fait que la hauteur des vagues du tsunami ait dépassé les prévisions ne saurait servir d'excuse à la compagnie Tepco face à la gestion de l'accident, le pire depuis celui de Tchernobyl en 1986. Ils accusent Tepco de ne pas avoir correctement évalué et géré la situation, faute de connaissances suffisantes sur les équipements et sur la façon de réagir.

Des équipes mal formées

"Tepco ne s'attendait pas à une situation dans laquelle toutes les sources électriques seraient simultanément interrompues dans plusieurs réacteurs à cause d'un désastre naturel, et elle n'a pas formé ses équipes pour répondre à ces circonstances", est-il écrit dans le rapport. Selon ce document, la fusion du combustible dans les réacteurs et les rejets de substances radioactives auraient pu être limités si les techniciens avaient procédé à des relâchements de pression dans les réacteurs 1 et 3 et commencé à injecter de l'eau plus tôt.

La mauvaise communication entre les équipes de travail à Fukushima a également conduit de petits groupes d'intervenants à prendre des initiatives sans en informer leurs supérieurs.

Des lenteurs dans la communication

La réponse du gouvernement au stade précoce de la crise a également été problématique, affirme le rapport qui dénonce l'insuffisance de communication entre les fonctionnaires et le bureau du Premier ministre.

Le ministère de l'Industrie et l'Agence de sûreté nucléaire reprochent à Tepco sa lenteur dans la fourniture d'informations, mais dans le même temps ces autorités n'ont pas envoyé de personnel au siège social de la compagnie, note le rapport.

Des erreurs après la catastrophe

Le comité pointe également du doigt des erreurs concernant les consignes d'évacuation données aux résidents, certains ayant été poussés vers des zones où les substances radioactives s'étaient davantage propagées.

En résumé, le rapport affirme que Tepco n'avait pas pris les dispositions nécessaires, considérant comme très faible la probabilité d'un tsunami de cette envergure, à savoir plus de 14 mètres, bien que des calculs aient montré que le risque existait bel et bien.