Fukushima : en immersion à l'intérieur du réacteur

  • A
  • A
Fukushima : en immersion à l'intérieur du réacteur
@ AFP/TEPCO
Partagez sur :

L'entreprise Tepco a, pour la première fois, dévoilé des images prises dans l'enceinte du réacteur de Fukushima, dévastée par un tsunami en 2011. Le robot-caméra n'a pas survécu à l'opération.

Les images sont difficiles à comprendre pour tout un chacun, mais il s'agit des premières montrant l'intérieur du réacteur de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon. Tepco, l'entreprise qui exploite la centrale accidentée en 2011, a dévoilé lundi soir une vidéo de l'enceinte de confinement primaire du réacteur n°1.

Un robot à la forme de serpent a été introduit vendredi dans cette zone où la radioactivité atteint des niveaux phénoménaux. Après avoir récolté des données et des images, il a cessé de fonctionner. Tepco a décidé de l'abandonner à son triste sort à l'intérieur de la centrale dans la nuit de dimanche à lundi. Le robot utilisé cette fois a été développé entre autres par une structure spéciale de recherche et développement pour les interventions nécessaires à Fukushima Daiichi.

Survie impossible, même pour une caméra. La radioactivité est si forte dans le réacteur n°1 qu'un homme ne pourrait y survivre plus d'une heure. Il est donc inenvisageable d'y envoyer un travailleur. Une caméra, en revanche, peut théoriquement survivre deux à trois jours à de tels niveaux de radiation. Sur les zones filmées, ils peuvent atteindre jusqu'à 25 sv/h, mais ne dépasse pas 10 sv/h aux points cruciaux de mesure définis par Tepco.

Des informations-clés. La température à l'intérieur de l'enceinte, elle, tourne autour de 20° Celsius. "Nous avons aussi confirmé qu'il existait une voie d'accès et n'avons pas repéré de dégâts majeurs des principaux équipements", a indiqué Tepco.

Reste néanmoins beaucoup d'investigations à opérer pour comprendre précisément où est tombé le combustible fondu du cœur des réacteurs N°1 à 3, et décider ainsi des techniques qui seront nécessaires pour le récupérer, une opération qui s'annonce extrêmement délicate et qui exigera des décennies.

>> LIRE AUSSI - Fukushima, une catastrophe deux fois plus chère que prévue ? 

>> LIRE AUSSI - Les yakuzas infiltrés à Fukushima