Français de Londres : "ce flegme britannique est la meilleure des réponses" au terrorisme

  • A
  • A
Partagez sur :

Des Français de Londres ont confié à Europe 1 leur admiration face au "flegme britannique" qui régnait au lendemain de l'attentat dans la capitale britannique.

REPORTAGE

Au lendemain de l’attentat qui a frappé la capitale britannique, les Français de Londres disent leur admiration face à l'attitude des Londoniens. "Ce qui est impressionnant à Londres, c’est ce flegme britannique, les Londoniens continuent de se tenir droit et de faire ce qu’ils ont l’habitude de faire", estime Éric, très touché par l’attentat, les larmes aux yeux, qui a pourtant vu dès dimanche matin son quartier reprendre vie. "C’est la meilleure des réponses alors je fais comme eux", confie-t-il encore à Europe 1, alors qu'il allait voter dimanche au lycée français de Londres pour le premier tour des législatives, avec une semaine d'avance sur l'Hexagone.

Un sentiment d'impuissance. "Même si c'est dur, il faut continuer à se lever, à sourire, à aller voter et à avancer", estime quant à elle Marie, installée à Londres depuis 17 ans. "Les gens continuent à vivre, tout le monde est choqué et chacun réagit à sa façon mais l'Angleterre en a vu d'autres et je pense que ça renforce les gens. Je ne pense pas que l'Angleterre va devenir plus triste, il y a ce côté très pragmatique des Anglais", juge encore avec le sourire Marie. 

Dans le quartier de Kensington, les Londoniens ont repris leurs habitudes dimanche, les terrasses étaient pleines et les familles se promenaient. Selon Romain, les attaques sont presque devenues une routine à Londres : "On est un peu blasés, presque anesthésiés. J’ai l’impression qu’ils en parlent beaucoup moins que ce que j’ai vu à Paris. Il y a comme un sentiment d’impuissance, c’est un peu triste car on se dit qu’on attend la prochaine" attaque, relève ce Français expatrié.

Un risque au quotidien. Londres doit alors apprendre à vivre avec ce risque au quotidien, disent certains Français. Mais si Londres ne change pas, dans le fond, ces attentats laissent des traces. "On le sent surtout depuis le Brexit, il y a des incidents dans les bus, des gens à qui on dit de rentrer chez gens… On sent que ça change", témoigne Marela, qui vit depuis 25 ans outre-Manche. Et pour autant, pas question pour ces Français expatriés de quitter la capitale britannique : le terrorisme ne change rien à leur attachement à Londres.