Forage dans la Grande baie australienne : BP essuie un nouveau refus

  • A
  • A
Forage dans la Grande baie australienne : BP essuie un nouveau refus
Partagez sur :

L'ONG Sea Shepherd a estimé de son côté que les baleines de la Grande baie pouvaient "pousser un petit ouf de soulagement".

Le projet controversé du pétrolier britannique BP de forer dans la Grande baie australienne a essuyé mardi un nouveau refus du régulateur australien, les organisations environnementales demandant l'abandon du projet.

Des critères environnementaux à respecter. La major cherche à creuser quatre puits d'exploration à des profondeurs allant jusqu'à 2.500 mètres au large des côtes de l'Etat d'Australie méridionale pour savoir si des quantités exploitables de gaz ou de pétrole peuvent en être extraites. Le géant britannique avait une première fois demandé en octobre l'autorisation de le faire à la Nosepma, l'autorité officielle australienne compétente. Mais elle avait essuyé un premier refus faute de respecter les critères environnementaux requis.

Pour BP, la négociation continue. Sa demande amendée vient d'être rejetée, a annoncé la Nosepma dans un communiqué. L'Autorité a cependant accordé à BP la possibilité de "modifier et soumettre à nouveau son plan environnemental d'exploration dans la Grande baie australienne" avant le 15 juillet, a-t-elle précisé. BP a indiqué que cette décision n'était qu'une étape d'un long processus d'échanges avec le régulateur. "Nous continuons de travailler en vue d'un début des forages d'exploration à la fin 2016", a précisé le groupe dans un communiqué.

Les associations sont vent debout. Les organisations de protection de l'environnement sont en revanche vent debout contre le projet de BP, rappelant que le géant britannique avait été responsable de la gigantesque marée noire dans le Golfe du Mexique en 2010.  "Nous aurions attendu de BP qu'elle aille loin pour montrer au régulateur qu'il a tiré les leçons du désastre du Golfe du Mexique et soumette une demande qui aille bien au-delà des standards requis", a déclaré Peter Owen, directeur de l'ONG The Wilderness Society en Australie méridionale.