Florence Cassez : "On me condamne à mort"

  • A
  • A
Florence Cassez : "On me condamne à mort"
Partagez sur :

Florence Cassez était anéantie après l'annonce par le président mexicain qu'elle devrait purger ses 60 ans de prison au Mexique.

Emprisonnée au Mexique pour enlèvement, la Française Florence Cassez, 34 ans, va devoir rester dans le pays pour purger sa peine alors qu'elle avait demandé à être rapatriée en France. C'est le président mexicain Felipe Calderon en personne qui l'a annoncé, lundi lors d'une allocution télévisée : "personne n'est au-dessus de la loi au Mexique. Le cas de Florence Cassez ne peut être une exception."

Rester 60 ans en prison au Mexique "pour moi, c'est la mort", a réagi Florence Cassez, jointe au téléphone depuis le bureau de son avocat Me Franck Berton à Lille, après l'annonce de son non-transfèrement. "Je suis anéantie", a-t-elle confié. "On a fait confiance au président Calderon qui avait dit le 8 mars qu'il était d'accord avec un rapatriement. Je me sens trahie", a-t-elle confié aux journalistes.

Ecoutez la réaction de Florence Cassez recueillie par Lionel Gougelot :


"J'avais aussi toute confiance dans le président Sarkozy, mais aujourd'hui, on me condamne à mort, on me coupe tout espoir", a indiqué Florence Cassez, avant de lâcher: "je n'aurai pas la force pour l'amparo" (le pourvoi en cassation au Mexique). "Je suis innocente, c'est plus qu'une injustice, c'est inadmissible, dégueulasse, je n'en peux plus", a-t-elle conclu, avant de raccrocher brutalement le téléphone.

"Le Mexique s'est mis en marge du Droit international avec cette décision, a lancé Maître Franck Berton. Je demande à l'Etat français de déférer le Mexique devant la Cour internationale de justice de La Haye", a ajouté l'avocat de Florence Cassez, qui accuse le président mexicain d'avoir pris une décision "unilatéralement", dans un show médiatique à des fins électorales, au mépris de la Convention internationale de Strasbourg" que le Mexique a signée.

Maître Franck Berton a exhorté sa cliente à tenir encore "18 mois ou deux ans", afin que la Cour suprême du Mexique puisse étudier son cas :



Pour les parents de Florence Cassez, c'est "une catastrophe". Ecoutez-les, au micro de Lionel Gougelot :

Florence Cassez a été condamnée à 60 ans de prison par la justice mexicaine pour trois enlèvements commis et détention d'armes. Elle a toujours clamé son innocence.

Lors de sa visite au Mexique en mars, Nicolas Sarkozy s'était mis d'accord avec son homologue Felipe Calderon pour créer un groupe de travail composé de juristes afin d'étudier les suites à donner à la demande de transfèrement en France de la jeune femme, une possibilité prévue par une convention de 1983 signée par Paris et Mexico.

Après la décision de Felipe Calderon, le ministère des Affaires étrangères a exprimé sa "profonde déception" devant le rejet "unilatéral" de Mexico.

> Me Berton : "Florence est devenue un otage politique"