Finlande : l'auteur de la fusillade n'a pas tiré au hasard

  • A
  • A
Finlande : l'auteur de la fusillade n'a pas tiré au hasard
Partagez sur :

Un homme a ouvert le feu jeudi en Finlande, tuant quatre personnes ainsi que son ex-compagne avant de se donner la mort.

L'homme qui a tué quatre personnes jeudi dans un centre commercial d'Espoo, en Finlande, semble avoir délibérément choisi ses victimes, a déclaré la police vendredi. Retour sur les faits : une fusillade a éclaté jeudi matindans un centre commercial à Espoo, une ville de la banlieue d'Helsinki, la capitale de la Finlande. Cinq personnes au total ont été tuées. La police a annoncé en début d'après-midi avoir retrouvé un sixième cadavre dans un appartement, toujours à Espoo. Il s'agit en fait du tireur, Ibrahim Shkupolli, qui s'est suicidé chez lui.

Quatre des victimes, trois hommes et une femme, ont été tuées à l'intérieur du centre commercial. La cinquième n'est autre que l'ex-compagne du suspect de 43 ans. Elle-même travaillait dans le supermarché mais son corps a été retrouvé à son domicile, dans la banlieue d'Helsinki. Ibrahim Shkupolli avait l'interdiction légale de l'approcher.

Le tireur a agi "d'une manière très préméditée", a assuré une employée du centre commercial, Janne Hartikainen, témoin du drame et citée par Finnish News Agency.

Pendant plusieurs heures, les enquêteurs ont tenté de localiser Ibrahim Shkupolli, qu'ils avaient réussi à identifier sans pouvoir l'arrêter immédiatement. Des passants l'avaient aperçu marchant dans le centre commercial, vêtu de noir. Son arme était un 9mm, selon la télévision Yle.

Il s'agit de la troisième fusillade meurtrière en trois ans en Finlande. Les deux précédentes avaient eu lieu dans des établissements scolaires, après quoi les réglementations sur la détention d'armes ont été renforcées.En novembre 2007, huit personnes avaient été tuées dans une fusillade. Le meurtrier, âgé de 18 ans, s'était ensuite donné la mort. Moins d'un an plus tard, un tireur de 22 ans avait abattu cette fois dix étudiants dans un lycée professionnel de Kauhajoki, une petite ville de 14.000 habitants du sud-ouest de la Finlande. Il avait annoncé son geste sur internet. A partir de ces deux drames, une réflexion autour de la législation sur le port d'armes avait été lancée.