Facebook : une loi contre les employeurs curieux

  • A
  • A
Facebook : une loi contre les employeurs curieux
@ Maxppp
Partagez sur :

Des élus américains veulent protéger les internautes espionnés sur les réseaux sociaux.

Donner ses mots de passe de connexion Facebook à son employeur. Une pratique qui semble improbable. Et pourtant, aux États-Unis, certains recruteurs demandent lors des entretiens d'embauche d'avoir accès à la page Facebook, même protégée, des postulants.

Selon plusieurs témoignages, ils n'hésitent pas à consulter la page personnelle des demandeurs d'emploi, ou plus sournoisement font une demande d'ami sur le réseau social. Certaines entreprises vont même jusqu'à demander les mots de passe. Pensant avoir plus de chance de décrocher un travail, les postulants sont nombreux à accepter les requêtes des employeurs.

Des sanctions contre les employeurs

Pour mettre fin à ces pratiques intrusives, l'État du Maryland a adopté récemment une loi visant à protéger les données confidentielles des internautes, indique ZDNet. Prenant exemple sur cet État, plusieurs parlementaires démocrates ont déposé à la Chambre des représentants et au Sénat une proposition de loi interdisant aux employeurs de demander les mots de passe permettant de se connecter aux profils de leurs employés présents sur les réseaux sociaux. Les élus estiment que ces pratiques portent atteinte de manière démesurée à la vie privée.

Le Password Protection Act (PPA) "interdit à un employeur de demander à un employé ou à un candidat son nom d'utilisateur, son mot de passe, ou tout autre moyen lui permettant d'accéder à un compte personnel via un appareil de communication électronique", détaille Le Figaro. Le projet de loi prévoit également de pénaliser les employés qui prennent ou menacent de prendre des sanctions contre un employé qui refuse de livrer ses mots de passe.

Facebook tire la sonnette d'alarme

L'association de défense des libertés ACLU, qui s'inquiétait déjà de telles pratiques l'an passé, a précisé que "la loi ne s'applique pas uniquement à Facebook ou à un autre réseau social, mais à toutes les situations où un employeur oblige un employé à lui donner des informations contenues dans un appareil qui ne lui appartient pas".

En mars dernier, Facebook avait lui-même enjoint les politiques à prendre en charge ce dossier. "Il est important que tout le monde comprenne que sur Facebook, c'est un droit de conserver son mot de passe pour soi, et nous ferons de notre mieux pour conserver ce droit", avait rappelé le réseau social dans un long message publié sur le groupe Facebook et Privacy. L'entreprise aux 800 millions d'utilisateurs avait assuré de son côté que des mesures supplémentaires seront prises "pour protéger la vie privée et la sécurité des utilisateurs."