Facebook au secours du musée d'Auschwitz ?

  • A
  • A
Facebook au secours du musée d'Auschwitz ?
Les chefs d'Etat polonais et allemand jeudi à Auschwitz-Birkenau.@ Reuters
Partagez sur :

La Fondation Auschwitz-Birkenau souhaite recueillir 120 millions de dons pour préserver le site.

Internet au secours de la mémoire de la Shoah ? La Fondation Auschwitz-Birkenau a choisi de marquer à sa façon la Journée mondiale de la mémoire de l’Holocauste jeudi, en lançant une campagne sur Facebook, baptisée "Agissez maintenant". L’objectif est de collecter 120 millions d’euros, nécessaires à la préservation des vestiges du camp de concentration et du musée établi sur le site.

Sur la page Facebook, qui compte déjà plus de 600 fans, le visuel de la campagne : en noir et blanc, des fils de fer barbelés, et au loin, une cheminée, avec en grosses lettres un message fort "Are you in or out ?" (Etes-vous dedans ou dehors ?) Parmi les premiers commentaires, celui de Brigitte : "soyons nombreux à ne pas oublier".

Pour "que personne ne puisse nier"

Préserver les lieux, comme autant de témoignages pour ne pas oublier le génocide. "Les baraquements, les fils barbelés et les ruines des crématoriums et des chambres à gaz sont les meilleurs gardiens de la mémoire ; de par leur présence silencieuse ils veillent à ce que personne ne puisse jamais nier que le pire des crimes du XXème siècle a effectivement eu lieu", a déclaré jeudi Wladyslaw Bartoszewski, président du Conseil de la Fondation Auschwitz-Birkenau et ancien prisonnier du camp.

1.100.000 personnes, dont environ un million de Juifs, ont été assassinées par les nazis allemands, dans le camp d’Auschwitz-Birkenau, entre 1940 et 1945. Jeudi est d’ailleurs également le 66e anniversaire de la libération de ce camp de concentration.

Afin de garder le site en état, les gouvernements allemand, autrichien et américain ont déjà promis de donner "plus de 78 millions d’euros", a rappelé le musée.

Google et YouTube commémorent la Shoah

Outre Facebook, Google et YouTube s’associent à la volonté de ne pas oublier l’Holocauste. Le mémorial israélien de la Shoah Yad Vashem a lancé lundi sur le site de partage de vidéos en ligne une version de sa chaîne en farsi. But de l’opération, que les Iraniens, dont le pays est le plus grand ennemi déclaré d'Israël, puissent s’instruire sur le génocide.

Et mercredi, Yad Vashem a mis en ligne, en partenariat avec Google, quelque 130.000 photos en lien avec la Shoah. Les clichés sont aisément consultables en passant par le moteur de recherche. Un forum associé permet aux internautes de contribuer au projet en ajoutant leurs propres histoires, commentaires et documents au sujet des membres de leur famille apparaissant dans ces archives en ligne. D’autres archives de Yad Vashem devraient être numérisées ensuite. Une façon de sensibiliser les jeunes générations.