Menacé de piratage, Sony ne sortira pas "L'interview qui tue"

  • A
  • A
Menacé de piratage, Sony ne sortira pas "L'interview qui tue"
@ COLUMBIA
Partagez sur :

Menacé par des pirates informatiques, le studio américain a décidé d'annuler la sortie de son film L'interview qui tue, qui irrite la Corée du Nord.

La formule est laconique : "Sony Pictures n'a plus aucun projet de sortie pour le film". Le studio américain a renoncé mercredi à sortir L'interview qui tue, une comédie sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, après avoir reçu des menaces de pirates informatiques qui seraient téléguidés par Pyongyang.

>> LIRE AUSSI - La comédie américaine qui fâche la Corée du Nord

Pas de sortie aux Etats-Unis. Dans un communiqué diffusé mercredi, Sony Pictures ne parlait que de l'annulation des sorties en salles aux Etats-Unis. Avant de préciser qu'il n'y avait "plus aucun projet de sortie pour le film", ce qui semble également compromettre les sorties à l'international, en vidéo à la demande ou encore en DVD. Auparavant, les grandes chaînes de cinéma américaines, Regal, AMC ou Carmike, avaient annoncé qu'elles ne diffuseraient pas cette comédie qui irrite Pyongyang.

La bande-annonce du film :



Fin novembre, des pirates avaient lancé une attaque majeure contre Sony Pictures, mettant en ligne des milliers de documents de l'entreprise, dont des e-mails confidentiels, ainsi que cinq films du studio. D'après les enquêteurs américains, c'est bien la Corée du Nord qui aurait commandité ce vaste piratage. Pyongyang a de son côté nié toute implication dans l'attaque, tout en louant ceux qui l'avaient commise.

>> LIRE AUSSI - Piratage de Sony : cinq films mis en ligne

"Rappelez-vous le 11 septembre 2001". Mardi, Sony Pictures a reçu de nouvelles menaces des pirates, qui se font appeler les "Guardians of peace" (les "gardiens de la paix"). "Bientôt, le monde verra quel mauvais film Sony Pictures Entertainment (SPE) a fait. Le monde sera plein de craintes", ont écrit les pirates de GOP dans un mauvais anglais, concluant leur message publié sur le site Pastebin.com par un menaçant : "rappelez-vous le 11 septembre 2001".