F. Lenoir : "C’est incontrôlable un Pape pareil !"

  • A
  • A
F. Lenoir : "C’est incontrôlable un Pape pareil !"
Frédéric Lenoir
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 4 OCTOBRE – Le Pape François Ier peut-il réformer l’Eglise ?

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal, animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. A 13h05, place à votre "Choix d’actu" sur Europe 1. Vous pouvez également le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Vendredi 4 octobre, vous avez été 65% à faire "Votre choix d’actu"  sur la réforme possible de l’Eglise engagée par le Pape François Ier, qui multiplie les messages d’ouverture depuis son élection.

Frédéric Lenoir, philosophe, historien des religions est revenu dans Europe midi – Votre journal sur les déclarations du Pape qui ouvrent la voie à une réforme profonde de l’Eglise sous le signe de l’humilité et de la simplicité.

La communication papale. L’historien s’est dit "surpris de voir le nombre de déclarations que fait le Pape". En effet, il rompt avec ses prédécesseurs qui réservaient leurs paroles à de rares discours. De même, le Pape improvise ses prises de paroles, "mais cela lui vaut forcément des critiques", a souligné Frédéric Lenoir.

Un pape "qui est lui-même". Frédéric Lenoir s’est également souvenu d’une discussion avec l’Abbé Pierre qui lui avait parlé de celui qui n’était pas encore Pape. "Il vit en Amérique du Sud, il a délaissé son palais pour vivre au milieu des pauvres", lui aurait alors confié le fondateur d’Emmaüs. Resté fidèle à ce mode de vie, il ne vit pas dans le palais épiscopal mais dans un petit appartement. "Il est lui-même, cette simplicité n’est pas une posture, mais cela déroute aussi car c’est incontrôlable un Pape comme ça, et c’est tant mieux", s’enthousiasme Frédéric Lenoir.

Une réforme de la Curie : "Il va virer plein de gens". Le "gouvernement" du Vatican va en effet subir de profonds changements initiés par le Pape lui-même. "Les problèmes de la Curie devenaient un peu dramatiques", selon l’historien, rappelant les scandales de pédophilie, d’argent et de liens avec la mafia. "Cela devenait un obstacle car on ne parle plus que de ça, il faut donc faire le ménage". Afin d’instaurer un discours plus libre et plus lisible, le Pape souhaite supprimer l’administration trop opaque et transférer le pouvoir aux cardinaux, mais aussi donner plus de place à la parole des fidèles. "Pour faire vite, il va virer plein de gens", pronostique Frédéric Lenoir.

L’objectif est donc de réduire le personnel et de supprimer "tous les liens avec l’argent" pour éviter les scandales. Une réforme qui devrait prendre de six mois à une année pour être appliquée.

Une ouverture vers la société. Selon le spécialiste des religions, "le Pape a compris que l’Eglise s’était éloignée de son message originel qui est d’aider tout le monde". Il refuse donc de mettre à l’écart des populations en raison de leurs idées qui ne correspondent pas à la foi catholique. Ainsi, même si l’Eglise reste opposée au mariage homosexuel, par exemple, le Pape a appelé les fidèles homosexuels à jouer un rôle dans l’Eglise.

Des traditionalistes sceptiques. Le nouveau discours papal ne fait pas pour autant l’unanimité, et des blogs de traditionalistes s’élèvent déjà contre lui. Mais comme le rappelle Frédéric Lenoir, "Benoit XVI a cherché à réintégrer des dizaines de milliers d’intégristes, mais le discours de François Ier lui emportent l’adhésion de la majorité des fidèles".