Attentat de Manchester : l'assaillant identifié

  • A
  • A
Attentat de Manchester : l'assaillant identifié
L'auteur de l'attentat-suicide a été identifié mardi sous le nom de Salman A.@ AFP
Partagez sur :

Un attentat-suicide, revendiqué par l'Etat islamique, a fait au moins 22 morts et 59 blessés, lundi soir à la fin du concert d'Ariana Grande dans l'Arena de Manchester.

L'ESSENTIEL

Un attentat-suicide, revendiqué par l'Etat islamique, s'est produit lundi soir vers 22h30 (23h30 heure française) dans l'Arena de Manchester, la plus grande salle de concert de la ville du nord-ouest de l'Angleterre, alors qu'un concert de la chanteuse pop Ariana Grande venait de se terminer. Le kamikaze a été identifié. 

Les principales infos à retenir :

  • 22 personnes, dont des enfants, ont été tuées. 59 autres ont été blessées. 

  • Le kamikaze a été identifié comme étant Salman A., 22 ans

  • Un homme de 23 ans, en lien avec l'attentat, a été arrêté 

  • Le groupe État islamique a revendiqué l'attaque

  • QUE S'EST-IL PASSÉ ? 

"On a écouté la dernière chanson et soudain, il y a eu comme un flash avec un bang et puis de la fumée", a déclaré sur BBC Gary Walker, blessé alors qu'il attendait ses filles à la sortie du concert. D'après la salle Manchester Arena qui peut accueillir 20.000 personnes, l'incident a eu lieu hors de l'enceinte et dans un espace public, au moment où le public quittait la salle. Selon la police des transports de Manchester, ce lieu est le foyer du stade, un espace public qui relie la salle à la gare toute proche de Victoria.



"Les gens commençaient à crier et à courir. Il y avait beaucoup de fumée dans le hall d'entrée. J'ai regardé vers ma droite, là d'où venait l'explosion et il y avait des gens à terre. De nombreuses personnes hurlaient. Il y avait beaucoup de très jeunes filles qui assistaient à ce concert. C'était chaotique", a raconté un témoin qui se trouvait dans les gradins et faisait la queue pour sortir au moment de l'explosion. L'attaque a provoqué des scènes de panique dans la salle de concert, mais aussi dehors, où des parents attendaient la sortie de leurs enfants. 

  • QUEL EST LE BILAN ? 

D'abord estimé à 19, le bilan est passé à 22 morts à 8h15 (heure de Paris) mardi matin. Une soixantaine de personnes ont été blessées et dirigées vers les hôpitaux de la ville. La première victime à avoir été nommée, par son école, est une jeune fille de 18 ans, Georgina Callander. Les autorités ont également indiqué qu'une fillette de 8 ans, Saffie Rose Roussos, était décédée. Le bilan est susceptible de s'aggraver puisque de nombreux blessés sont dans un état grave, selon Theresa May qui devait se rendre dans la journée à Manchester. Beaucoup se trouvaient toujours en soins intensifs à la mi-journée. 

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier à avoir frappé le Royaume-Uni depuis la série d'attaques suicide ayant fait 56 morts, dont les quatre kamikazes, et 700 blessés dans les transports londoniens en juillet 2005.

De nombreux parents étaient encore à la recherche de leurs enfants, mardi soir. Facebook a mis en place un "safety check" pour permettre à ses utilisateurs se trouvant à Manchester de rassurer leurs proches. Deux numéros d'urgence ont été activés par la police locale : 0044 161 856 9400 et 0044 161 856 9900. Une cellule de crise a également été mise en place par le consulat général de France : 00 44 207 073 12 55.

001_OR8YU_preview

  • OÙ EN EST L'ENQUÊTE ? 

L'attentat a été revendiqué par le groupe État islamique, mardi en début d'après-midi. Le kamikaze a été identifié mardi sous le nom de Salman A., âgé de 22 ans. Les services de police britannique affirment que l'assaillant était seul et portait sur lui les explosifs qu'il a utilisés. 

D'après les médias britanniques, Salman A. est un Britannique d'origine libyenne né à Manchester en 1994. Le Daily Telegraph indique qu'il est le troisième d'une famille de quatre enfants. Ses parents sont tous les deux nés en Libye et ont fui le régime de Mouammar Kadhafi pour trouver refuge au Royaume-Uni. D'abord à Londres, puis dans le quartier résidentiel de Fallowfield, au sud de Manchester, selon la presse.

Selon le Guardian, la police a perquisitionné mardi une maison dans ce quartier où l'auteur présumé avait résidé, procédant à une "explosion contrôlée" pour avoir accès à la maison. Les enquêteurs ont également perquisitionné le domicile du frère du suspect, toujours au sud de Manchester. Les deux frères fréquentaient la mosquée locale de Didsbury, affirme encore le Guardian.

La police de Manchester a par ailleurs annoncé qu'un homme de 23 ans, en lien avec l'attentat, avait été arrêté mardi matin "dans le sud" de la ville. 


  • QUELLES SONT LES RÉACTIONS ? 

"Nous travaillons à établir tous les détails de ce qui est traité par la police comme une épouvantable attaque terroriste", a souligné Theresa May. Theresa May et Jeremy Corbyn, le chef du parti travailliste, ont par ailleurs annoncé qu'ils suspendent leur campagne pour les élections législatives qui auront lieu dans trois semaines. La reine Elizabeth II a, exprimé sa "plus profonde sympathie à tous ceux qui ont été affectés par ce terrible événement", qualifiant cet attentat d'"acte barbare".

"Brisée. Du fond du cœur, je suis affreusement désolée. Je n'ai pas de mots", a, de son côté, tweeté Ariana Grande, la chanteuse américaine très populaire auprès des jeunes. Selon le site américain TMZ, l'artiste a mis sa tournée européenne entre parenthèses. Elle devait se produire jeudi et vendredi à Londres. Plusieurs dates étaient aussi programmées en Belgique, en Pologne, en Allemagne, en Suisse, mais aussi en France (Paris le 7 juin et Lyon le 9 juin).



De Katy Perry à Gérard Collomb, de nombreuses personnalités du monde du spectacle mais aussi des politiques du monde entier ont rapidement réagi sur Twitter"Londres est aux côtés de Manchester, nos pensées vont aux morts et aux blessés", a notamment tweeté le maire de Londres Sadiq Khan, dont la ville a été touchée par un attentat, deux mois jour pour jour avant celui de Manchester. Le président Français Emmanuel Macron a, pour sa part, fait part de son "effroi" et de sa "consternation" après l'attentat. Il s'est entretenu par téléphone avec Theresa May puis s'est rendu à l'ambassade de Grande-Bretagne à Paris en début d'après-midi, affirmant sa "volonté de renforcer la coopération européenne" antiterroriste. 

  • QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES EN TERMES DE SÉCURITÉ ? 

Au Royaume-Uni, le niveau d'alerte a déjà été relevée au niveau 2 et les services antiterroristes procèdent en moyenne à une arrestation par jour dans le cadre d'enquêtes liées à des actes potentiels de terrorisme. À Manchester, la gare ferroviaire a été fermée et la circulation des trains interrompue, mardi. Le maire de Londres, Sadiq Khan, a toutefois annoncé un réexamen des mesures de sécurité dans la capitale. Il a notamment indiqué que davantage de policiers seraient déployés dans les rues, dès ce mardi. 

En France, des "consignes" ont été données aux organisateurs d’événements culturels et sportifs, nombreux à l'approche de l'été, pour assurer au mieux la sécurité du public, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. Une circulaire sera envoyée en début d'après midi en ce sens. "Nos forces de sécurité sont mobilisées sur le territoire", a précisé le ministre. 


Anne Hidalgo : "Manchester nous rappelle ce que...par Europe1fr

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a de son côté estimé que les concerts et manifestations prévus dans la capitale française dans les prochains jours doivent être maintenus malgré l'attentat. "Chaque événement, que ce soit sur la voie publique ou dans des lieux comme des salles de concerts ou autres, sont l'objet d'une analyse particulière avec les services de la préfecture de police de Paris", a-t-elle indiqué sur Europe 1.