Attentat de Manchester : "Ça semble irréel"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Lori, 15 ans, assistait au concert d'Ariana Grande à Manchester et se trouvait toujours dans la salle au moment de l'explosion. Elle raconte ce qu'elle a vécu au micro d'Europe 1.

Lori avait fait le déplacement depuis Glasgow pour assister au concert d'Ariana Grande à Manchester. Mais la soirée s'est terminée dans le chaos, après l'explosion d'une bombe dans la salle de concert. "J'étais debout, juste à côté de la scène, dans la fosse. D'un coup, il y a eu ce gros 'boum', tout le monde a regardé vers le haut", témoigne-t-elle.

"Beaucoup ont cru que c'était simplement des ballons." Alors que la chanteuse "venait de terminer sa dernière chanson", "les gens ont commencé à courir, crier, pleurer. Tout le monde essayait d'accéder à une porte de sortie", raconte la jeune fille de 15 ans avant d'ajouter : "Au départ, beaucoup ont cru que c'était simplement des ballons qui avaient explosé mais, après, les gens ont de nouveau crié." Une fois en dehors de la salle, Lori a vu que "la police était déjà sur place". C'est là qu'elle apprend ce qu'il s'est passé : "La police nous a dit qu'il y avait eu une explosion."


"Il y avait beaucoup d'enfants avec leurs parents." Pour assister au concert, Lori était accompagnée de sa sœur et de sa mère, qui "était assez calme". "Elle a essayé de nous rassurer, moi et ma sœur. Elle nous disait : 'C'est rien, c'est des ballons.' Ma sœur avait aussi très peur." Lori raconte par ailleurs que "dans la salle, il y avait beaucoup de mères avec leur fille, beaucoup d'adolescentes, beaucoup d'enfants avec leurs parents".

"J'ai cru au pire." Lori raconte avoir été "vraiment terrifiée" par ce qu'elle a vécu. "Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie. Quand j'ai entendu cette explosion, j'ai cru au pire, j'ai eu tellement peur." Pour elle, il est "difficile de réaliser ce qu'il s'est passé. Ça semble irréel".

Entendu sur Europe 1
Si on ne nous avait pas dit de faire demi-tour...

"Un bruit énorme." Jenny, pour sa part, avait accompagné sa fille au concert de la chanteuse américaine. "Lorsque Ariana Grande a entamé sa dernière chanson, ma fille m’a dit : 'Je suis fatiguée, on peut s’en aller maintenant ?' Il y a des gens qui n’allaient pas tarder à partir et qui m’ont dit : 'Ce n’est pas le chemin le plus rapide pour rejoindre le parking, partez plutôt de ce côté.' Je faisais demi-tour et là, j’ai entendu 'boum'. Un bruit énorme", témoigne-t-elle sur Sky News.

"Notre soirée aurait été bien différente." Jenny et sa fille ont d'abord marché "pendant les dix premières secondes". Puis, "un homme a crié : 'Courrez !' Alors on a couru", explique-t-elle. C'est "en sortant du bâtiment" qu'elle a vu "la foule, des gens, des enfants, en détresse". En rejoignant sa voiture, elle a pu "sentir l'odeur de brûlé". "Si on ne nous avait pas dit de faire demi-tour, notre soirée aurait été bien différente", lâche-t-elle.

Entendu sur Europe 1
Il y avait de nombreux morts

"Une explosion m'a projeté." Andy, lui, n'a pas assisté au concert. Il attendait simplement sa femme et sa fille à la sortie de la salle. "J'étais devant une porte de la salle quand une explosion m’a projeté jusqu’à une autre porte d’entrée, peut-être dix mètres plus loin", a-t-il raconté à la BBC. Et quand il s'est relevé, "il y avait une trentaine de personnes éparpillées partout, probablement inconscientes. Il y avait de nombreux morts".

"Je me suis fait un chemin parmi les corps." Son "premier réflexe" a donc été de "rentrer dans la salle pour rechercher (sa) femme et (sa) fille" : "Je n’ai pas pu les retrouver. Je suis sorti, j’ai croisé les policiers, les ambulances. Je me suis fait un chemin parmi les corps. Par chance, j’ai retrouvé ma famille et nous sommes rentrés dans notre chambre d’hôtel."

Entendu sur Europe 1
Ils réagissaient avec compassion les uns envers les autres

Des jeunes filles "effondrées au sol". Pour Anaïs, il a été "un petit peu compliqué de dormir", dans la nuit de lundi à mardi. Cette Française de 19 ans, était à Manchester, le soir de l'attentat qui a frappé une salle de concerts où se produisait Ariana Grande. "Il y avait énormément de personnes qui était accueillies dans l'hôtel où je suis. Des gens qui y étaient (au concert) parce que énormément de jeunes filles pleuraient. Elles étaient effondrées au sol, très choquées, en pleurs. Moi y compris du coup, parce que c'est vrai que ce n'est pas évident", témoigne-t-elle pour Europe 1.

"Ils avaient l'air tous très soudés." Et ce qui l'a profondément marquée, c'est la réaction des rescapés de cette terrible soirée. "Ils avaient l'air tous très soudés. Je ne sais pas comment l'expliquer. Ils réagissaient avec compassion les uns envers les autres. J'ai assisté à la scène un petit peu au dépourvu, j'étais un petit peu perdue", raconte-t-elle, prise par l'émotion.

"C'est dur de voir la chose se reproduire." Surtout, cet événement lui a rappelé les soirées terribles que la France a connues : "Avec ce qu'il s'est passé, tout ce qu'on a pu subir entre l'année dernière et les années précédentes, les salles de concerts, le Bataclan, c'est un peu dur de voir la chose se reproduire et d'être encore une fois impuissant."