EXCLU - "En espérant que tu m’entendes"

  • A
  • A
EXCLU - "En espérant que tu m’entendes"
@ Capture écran
Partagez sur :

 L’épouse de Denis Allex, l’otage enlevé en 2009 en Somalie, lance un appel sur Europe 1.

Il est connu sous le nom de Denis Allex et c’est le plus ancien des otages français. Cet agent de la DGSE, les services secrets extérieurs, a été enlevé il y a trois ans, le 14 juillet 2009 à Mogadiscio. Envoyé en mission officielle dans la capitale somalienne pour former la police et la garde présidentielle somalienne, il a été capturé avec un autre agent français par les miliciens qu’il était censé encadrer. Rapidement intercepté par une autre force islamiste, il est depuis détenu par les milices Shebab al Islami, sans que les négociations avec l’Etat français n’aboutissent.

A la veille de ce triste anniversaire, son épouse sort de son silence et lui adresse, par l’intermédiaire d’Europe 1, un message. Elle espère qu’il pourra entendre cet appel depuis son lieu de détention et que ce témoignage de soutien renforcera sa détermination.

"Prend soin de toi Denis et surtout de ta santé"

"Denis, c’est moi, c’est ta femme qui te parle. Je passe ce message à la radio en espérant que tu m’entendes, là où tu te trouves en Somalie", débute-t-elle, avant d’ajouter : "je veux te rassurer, te dire que nous allons tous bien".

"Les enfants vont bien, ils sont solides, ils travaillent très bien à l’école et sont en parfaite santé. Ils pensent beaucoup à toi, ils sont très fiers de leur papa, tes parents vont bien également", poursuit-elle, "nous sommes tous très entourés, on prend soin de nous et surtout n’aie aucune inquiétude là-dessus, vraiment aucune Denis".

"Nous t’aimons et tu nous manques énormément", assure-t-elle :

 

"J’espère que ce message arrivera jusqu’à toi et t’aidera à tenir. Nous sommes tous avec toi, tous. On ne lâche rien et tu me connais : je ne lâche rien. Il te faut rentrer maintenant, nous attendons tous ton retour, tu nous manques", ajoute-t-elle. Et l’épouse de l’agent secret de conclure : "nous t’embrassons bien fort, nous t’aimons, je t’aime Denis : je suis avec toi chaque jour qui passe. Aie confiance".

La DGSE fait très discrètement tout ce qu’elle peut pour récupérer son agent. Mais les négociations sont, de source proche du dossier, "longues et difficiles en raison de l’intransigeance des Shebab et leur comportement peu coopératif". Le service reste fortement mobilisé autour de sa famille. Une cérémonie de soutien, sous la forme d’une prise d’armes, a été organisée jeudi avec son épouse, ses enfants et ses camarades d’unité.

"On a du mal à avoir les bons interlocuteurs"

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a assuré vendredi sur Europe 1 que Denis Allex était "vivant". "On en a la preuve et on a des nouvelles". La dernière preuve de vie de Denis Allex remonte au mois de décembre 2010, lorsque ses ravisseurs avaient fait parvenir aux autorités françaises une vidéo de cinq minutes. Les cheveux longs, le visage émacié et rongé par la barbe, Denis Allex y lisait un message dicté sous la contrainte. Les insurgés Shebab demandaient notamment à la France la fin de l’aide militaire qu’elle apporte au gouvernement somalien et la libération de plusieurs islamistes.

En juillet 2011, Gérard Longuet, alors ministre de la Défense, avait déclaré que la situation de Denis Allex était difficile à appréhender. "On a du mal à avoir les bons interlocuteurs" et "il y a un vrai problème technique en Somalie", avait-il reconnu.

A la question de savoir si les autorités françaises détenaient des preuves que cet agent était toujours en vie, le ministre de la Défense avait répondu : "Oui, suffisamment récentes pour continuer à chercher avec obstination une solution". La situation de l'otage est "difficile", dira-il quatre mois plus tard. Six autres Français sont retenus en otage au Mali par des groupes islamistes armés.