Eurotunnel : Cameron déplore une "situation inacceptable" et sort le chéquier

  • A
  • A
Eurotunnel : Cameron déplore une "situation inacceptable" et sort le chéquier
@ NIKLAS HALLE'N / AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre britannique a annoncé vendredi que Londres allait développer des moyens supplémentaires pour sécuriser le site d'Eurotunnel, à Calais, en France.

"La situation est inacceptable", a déclaré avec fermeté David Cameron, à l'issue d'une réunion du comité d'urgence Cobra. "Des gens essaient d'entrer illégalement dans notre pays et ici les routiers et vacanciers font face à des perturbations. Nous allons envoyer des clôtures, des chiens renifleurs et des moyens supplémentaires", a ajouté le Premier ministre britannique au sujet de l’afflux de migrants tentant de rejoindre quotidiennement le Royaume-Uni, depuis Calais, via le tunnel sous la Manche. 

Clôtures et chiens renifleurs. Le résident du 10, Downing Street, qui a qualifié la situation de "dossier difficile", a souligné : "Nous travaillons dessus. Nous savons qu'il faut faire plus. Nous n'excluons aucune action permettant de faire face à cette situation". Pour soulager les perturbations sur l'autoroute M20, où des milliers de camions attendent de pouvoir traverser la Manche, l'armée britannique va ainsi mettre à disposition des terrains pour servir d'aire de stockage.

Londres va également envoyer de nouvelles clôtures et des chiens renifleurs supplémentaires pour sécuriser le site d'Eurotunnel et essayer d’enrayer les centaines de tentatives d’intrusions de migrants qui ont lieu chaque jour. Dans la nuit de jeudi à vendredi, plus de 1.000 tentatives ont encore été dénombrées, selon une source policière. 

Une collaboration franco-britannique. "Nous sommes prêts à aider davantage et à travailler main dans la main avec nos homologues français pour faire baisser la tension des deux côtés de la frontière", a ajouté David Cameron, indiquant par ailleurs qu’il allait discuter avec François Hollande vendredi. "Je veux le remercier d'avoir mobilisé des policiers supplémentaires, ce qui a déjà produit des effets", a ainsi expliqué le Premier ministre. 

En marge d'un déplacement dans le Lot, François Hollande a, quant à lui, indiqué qu'il aurait dans la soirée "une discussion avec M. Cameron". "Nous devons prendre nos responsabilités. Et la France le fait avec fermeté en respectant la sécurité et la dignité des personnes. La France ne peut pas agir seule. Ce sera le sens de la discussion avec les Britanniques", a-t-il ajouté.

L'entourage du ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a par ailleurs précisé vendredi que celui-ci s'est entretenu à ce sujet, dans la nuit de jeudi à vendredi, avec son homologue britannique Theresa May. Il lui a fait part de la "détermination" de la France à "l'effort conjoint de solidarité" et de "mobilisation". Le ministre a insisté sur le fait, toujours selon son entourage, que "cet effort doit davantage être partagé" soulignant son "attachement à une bonne coopération" entre les deux pays. 

Cazeneuve tacle les tabloïds britanniques. Tout en se disant "sensible à la qualité de (la) collaboration" avec le gouvernement britannique, Bernard Cazeneuve s'en est pris, vendredi, au sortir du dernier conseil des ministres avant les vacances, aux tabloïds publiés outre-Manche "dont les outrances, les excès, les insultes n'ont jamais réglé aucun problème de dimension humanitaire". Et d'ajouter que le gouvernement français n’avait "aucune leçon à recevoir d'aucune sorte quant à la mobilisation des moyens mis en œuvre".

Depuis la mise en place d’un renfort policier de 120 fonctionnaires supplémentaires, un porte-parole d'Eurotunnel a indiqué que le site subissait "beaucoup moins de perturbations". Ces hommes viennent s'ajouter au contingent de 300 policiers déjà déployés dans le Calaisis pour faire face aux vagues de migrants, prêts à tout pour gagner "l’Eldorado" que représentent pour eux la Grande-Bretagne. Mais la situation vire parfois au drame : depuis début juin, dix personnes sont mortes sur le site d’Eurotunnel.