Disparus d'Iguala au Mexique : un chef de cartel arrêté

  • A
  • A
Disparus d'Iguala au Mexique : un chef de cartel arrêté
@ Reuters
Partagez sur :

FAITS DIVERS - Un chef de gang et un de ses adjoints ont été arrêtés au Mexique dans le cadre de l'enquête sur les 43 disparus d'Iguala. 

Les autorités mexicaines ont annoncé vendredi l'arrestation d'un chef de gang, dans le cadre de l'affaire des 43 étudiants disparus depuis le 26 septembre. Partis manifester à Iguala dans l'Etat de Guerrero, ils avaient été pris à partie sur le chemin du retour par des forces de l'ordre et des hommes masqués. En plus des six morts et des 25 blessés, d’autres étudiants avaient été emmenés dans des voitures de police vers un lieu inconnu. Ces 43 étudiants n’ont plus été revu depuis.

>> LIRE AUSSI - Mexique : où sont passés les 43 disparus d'Iguala ? 

Complicité avec la police. Les autorités mexicaines ont annoncé la capture du chef des Guerreros Unidos (Guerriers Unis), Sidronio Casarrubias Salgado, ainsi que celle de l'un de ses adjoints. Les forces de l'ordre ont aussi saisi des armes et des véhicules. Casarrubias a été capturé à l'occasion d'un contrôle à un barrage policier sur l'autoroute entre Mexico et Toluca, après avoir présenté de faux papiers.

Il est le frère de Mario Casarrubias, dit "Joli Crapaud", fondateur et précédent dirigeant des Guerreros Unidos, le gang accusé de s'être allié à la police municipale de la ville d'Iguala pour tirer sur les étudiants dans la nuit du 26 septembre,

Lors d'une conférence de presse, le ministre de la Justice, Murillo Karam, a déclaré que cette arrestation marquait "le début d'une nouvelle piste d'enquête susceptible" de "mener plus rapidement et plus facilement à la vérité". 

Des policiers arrêtés. Les forces de l'ordre ont déjà arrêté des dizaines de policiers soupçonnés de liens avec les Guerreros Unidos. Ce gang est issu d'une scission avec le cartel de la famille Beltran Leyva, dont le chef, l'un des plus puissants barons de la drogue au Mexique, a été arrêté le 1er octobre. 

Le maire d'Iguala, José Luis Abarca, et son épouse, en cavale depuis le lendemain des événements du 26 septembre, sont, eux, toujours recherchés par la police.

Des étudiants exécutés ? Les autorités judiciaires pensent qu'après la fusillade du 26 septembre, les 43 jeunes ont été emmenés par la police d'Iguala à la municipalité voisine de Cocula et livrés à des hommes des Guerreros Unidos. Selon certains des présumés membres des gang arrêtés, l'ordre d'assassiner les jeunes aurait été donné par un des chef du cartel, seulement connu sous le surnom de "Chucky".

Aucun des étudiants disparus n'a été identifié parmi les 28 premiers cadavres trouvés dans des fosses clandestines près d'Iguala. Il reste encore à déterminer un nombre encore indéterminé de corps trouvés dans trois autres fosses clandestines, a indiqué le ministre de la Justice.

La pression de l'opinion publique. Le sort des étudiants a suscité une vive émotion au Mexique et des milliers de personnes ont encore manifesté vendredi à Acapulco pour exiger des réponses de la part des autorités. Le président mexicain Enrique Peña Nieto insiste jour après jour sur le fait que les 2.000 policiers et militaires déployés à Iguala font leur possible pour retrouver la trace des jeunes disparus.

>> LIRE AUSSI - Mexique : "El H", baron de la drogue, est tombé