Etudiants disparus au Mexique : des policiers fédéraux impliqués

  • A
  • A
Etudiants disparus au Mexique : des policiers fédéraux impliqués
Image d'illustration.@ ALFREDO ESTRELLA / AFP
Partagez sur :

Selon la Commission nationale des droits de l'homme, il y aurait eu une coopération policière autour de cette disparition qui avait fait grand bruit.

Deux policiers fédéraux sont impliqués dans la disparition au Mexique de 43 étudiants en 2014, a révélé jeudi la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH). C'est la première fois que la police nationale est accusé dans cette affaire qui avait fait un tollé international.

"Présume". Citant des témoignages d'une source qu'il n'a pas identifié, cet organisme d'Etat a affirmé lors d'une conférence de presse que des policiers fédéraux avaient participé au côté de policiers municipaux à la disparition de ces 43 étudiants à Iguala, ville du sud du Mexique, dans la nuit du 26 au 27 septembre 2014. La commission "présume la participation d'éléments de la police municipale de Huitzuco et de deux éléments de la police fédérale", a déclaré Jose Larrieta Carrasco, un responsable de l'enquête à la CNDH.

Pour la police, rien de nouveau. On savait que les élèves-enseignants de l'école d'Ayotzinapa avaient été attaqués par des policiers municipaux corrompus d'Iguala, mais on ignorait jusqu'à présent l'implication de membres de la police nationale. La police fédérale a estimé en fin de journée que les investigations de la CNDH n'apportaient rien de nouveau, que tous les policiers fédéraux présents dans le secteur avaient témoigné et que "pour le moment, leur responsabilité n'a pas été prouvée".

L'enquête se poursuit. Pour le responsable de la CNDH, Luis Raul Gonzalez Perez, les autorités doivent à présent explorer "une nouvelle piste dans la disparition" des étudiants. Cette révélation "confirme la participation de plusieurs corporations policières locales et fédérales, et la nécessité de poursuivre l'investigation" a réagi de son côté l'avocat des familles des 43 disparus, Vidulfo Rosales.  Les autorités judiciaires mexicaines ont pour leur part assuré qu'elles allaient "approfondir cette piste de l'enquête" et qu'elles allaient prendre des mesures pour assurer la sécurité du témoin.