Etudiant italien supplicié au Caire : "je l'ai reconnu grâce au nez"

  • A
  • A
Etudiant italien supplicié au Caire : "je l'ai reconnu grâce au nez"
La mère de l'étudiant italien torturé à mort au Caire et dont le corps a été retrouvé le 3 février, a affirmé mardi qu'elle n'avait reconnu que "le bout du nez" de son fils.@ AFP
Partagez sur :

La mère de l'étudiant italien torturé à mort au Caire et dont le corps a été retrouvé le 3 février, a affirmé mardi qu'elle n'avait reconnu que "le bout du nez" de son fils.

La mère de l'étudiant italien Giulio Regeni torturé à mort au Caire et dont le corps a été retrouvé le 3 février, a affirmé mardi qu'elle n'avait reconnu que "le bout du nez" de son fils en identifiant son corps.

"J'ai dit 'c'est lui'". "Quand je suis entrée dans la morgue, ici à Rome, j'ai dit 'c'est lui, c'est Giulio' car je l'ai reconnu grâce à la pointe de son nez. Pour tout le reste ce n'était pas lui", a dit devant la presse Paola Regeni, mère du doctorant de 28 ans, disparu le 25 janvier au Caire et dont le corps mutilé a été retrouvé le 3 février. "Je ne vous dis pas ce qu'ils lui ont fait; sur son visage j'ai vu tout le mal de ce monde", a ajouté Giulio Regeni. "Peut-être que nous n'avons pas vu un cas de torture comme celui de Giulio depuis l'époque du nazi-fascisme en Italie", a ajouté la mère de Giulio Regeni.

Elle a dit avoir pris une photo du corps de son fils et averti qu'elle était prête à la rendre publique si l'Egypte continuait à refuser de partager les résultats de son enquête avec la police italienne. Giulio Regeni s'exprimait devant la presse avec son mari, leur avocate et le sénateur Luigi Manconi, président de la Commission des droits de l'Homme de la chambre haute italienne.