Etats-Unis : vers un nouveau vote au Sénat pour sortir du "shutdown"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a annoncé un nouveau vote lundi à 13 h (7h en France).

Un nouveau vote est programmé pour lundi au Sénat américain afin de tenter de trouver un accord entre républicains et démocrates sur le budget du gouvernement et de sortir du "shutdown", la fermeture partielle des services fédéraux.

"Un joli cadeau" ironise Trump. Un an jour pour jour après son arrivée à la présidence, Donald Trump s'est trouvé confronté samedi à cette fermeture dont la durée, liées aux âpres négociations budgétaires en cours au Congrès, est imprévisible. "C'est le premier anniversaire de ma présidence et les démocrates voulaient me faire un joli cadeau", a ironisé Donald Trump dans une série de tweets matinaux.

"Nous aurons le vote lundi". En fin de journée, le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a annoncé qu'il convoquait un nouveau vote, après celui de vendredi soir dont l'échec avait entraîné le "shutdown". "Je vous assure que nous aurons le vote à 13h (7h en France) lundi, sauf s'il y a un désir qu'il ait lieu plus tôt", a déclaré Mitch McConnell dans un communiqué.

Anniversaire annulé. Au moment où les élus se retrouvaient au Congrès, le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a estimé que les démocrates étaient les seuls responsables de l'impasse politique. "Nous faisons de drôles de choses à Washington, mais là, c'est de la pure folie", a-t-il lancé. Pour Donald Trump, qui se targuait en campagne d'être passé maître dans l'art de la négociation, la pilule est amère. Le 45e président des Etats-Unis, qui avait prévu de passer le week-end dans son club privé de Mar-a-Lago, en Floride, où il devait célébrer l'anniversaire de son arrivée à la Maison-Blanche lors d'une soirée de levée de fonds, a annulé son déplacement.


Chômage technique. Le dernier "shutdown" remonte à 2013, sous l'administration du président démocrate Barack Obama. Il avait duré 16 jours. Les effets du "shutdown", psychodrame récurrent de la vie politique américaine, devraient être nettement plus marqués à partir de lundi si aucune solution n'a été trouvée d'ici là.  Il se traduira par la mise au chômage technique de centaines de milliers d'employés fédéraux considérés comme "non essentiels". Les activités de nombreuses agences, comme les services fiscaux, seront réduites mais les services de sécurité seront globalement épargnés. Les 1,4 million de militaires américains poursuivront leurs opérations mais sans être payés.