États-Unis : un refus de James Comey à la Maison-Blanche a précipité son renvoi

  • A
  • A
États-Unis : un refus de James Comey à la Maison-Blanche a précipité son renvoi
Le limogeage de James Comey pourrait avoir un rapport avec l'enquête du FBI sur l'enquête sur les ingérences supposées de la Russie dans l'élection de Trump@ NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

Le directeur du FBI, limogé par le président Trump, avait refusé de transmettre à la Maison-Blanche des éléments du témoignage qu'il devait faire devant la commission judiciaire du Sénat concernant l'affaire des emails d'Hillary Clinton.

Le ressentiment de Donald Trump à l'égard du directeur du FBI James Comey montait depuis plusieurs mois. Mais son limogeage a été déclenché par le refus de Comey de faire relire à la Maison-Blanche le témoignage qu'il prévoyait de donner au Sénat, a appris Reuters de plusieurs responsables de la Maison-Blanche.

Un refus considéré comme de l'insubordination. Donald Trump, le ministre de la Justice Jeff Sessions et son adjoint Rod Rosenstein souhaitaient connaître les déclarations qu'il préparait pour son audition devant la commission judiciaire du Sénat, le 3 mai, dans le cadre de l'affaire des emails d'Hillary Clinton. Le refus de Comey a été considéré comme un acte d'insubordination et a été l'un des déclencheurs de son renvoi, rapportent ces responsables. "Cela donnait l'impression qu'il n'était plus capable de d'accomplir ses devoirs", confie un responsable. L'envoi de tels éléments est considéré comme une courtoisie au gouvernement.

Lors de cette audition au Sénat, James Comey a dit se sentir "légèrement nauséeux" à l'idée que sa décision d'avoir rendu publique la réouverture de l'enquête sur le serveur de courriels privé d'Hillary Clinton, dix jours avant l'élection, ait pu avoir un impact sur son issue. Mais il a ajouté ne pas avoir de regret quant à cette décision.

Une tempête politique. En limogeant le patron du FBI, Donald Trump a déclenché une tempête politique et ravivé les protestations des démocrates, qui accusent la Maison-Blanche de vouloir affaiblir l'enquête du FBI sur les soupçons d'ingérence de la Russie dans la campagne, avec l'éventuelle complicité de l'équipe de campagne du futur président. Ils demandent l'ouverture d'une enquête indépendante dotée d'un procureur spécial, un projet auquel le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, s'est dit opposé mercredi soir.

Certains républicains ont jugé pour leur part "inquiétant" le limogeage de Comey. Le directeur du Bureau fédéral d'Enquête a été officiellement renvoyé en raison de sa gestion de l'enquête sur les anciens courriels de la candidate démocrate Hillary Clinton.

Une décision soudaine de Trump. Selon des proches du président, Donald Trump a pris sa décision soudainement après avoir reçu lundi une recommandation de Rod Rosenstein, chargé d'évaluer la situation au FBI depuis son entrée en fonctions il y a deux semaines.

La commission judiciaire du Sénat a invité l'ancien directeur du FBI à une audition à huis clos mardi, a annoncé une porte-parole du président de la Commission, Richard Burr. La venue de Comey n'a pas été confirmée. L'ex-directeur du FBI devait témoigner jeudi devant la commission, mais son remplaçant par intérim, Andrew McCabe, le remplacera à l'occasion de cette audition sur les "menaces mondiales".