Etats-Unis : un homme blesse neuf personnes à l'arme blanche, dont des réfugiés

  • A
  • A
Etats-Unis : un homme blesse neuf personnes à l'arme blanche, dont des réfugiés
L'homme a été arrêté dans sa fuite. (image d'illustration)@ DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Neuf personnes, dont des réfugiés et des enfants, ont été blessées à l'arme blanche par un trentenaire dans l'Idaho samedi soir, pour des raisons encore inconnues.

Un homme de 30 ans a blessé samedi soir neuf personnes à l'arme blanche, dont des réfugiés et des enfants, dans la résidence à loyers modérés où il vivait dans l'Idaho. La police de Boise, ville de 226.000 habitants du petit Etat rural de l'Idaho dans le nord-ouest des Etats-Unis, a réussi à arrêter l'homme dans sa fuite, mais on ignorait à ce stade ses motivations, et donc s'il visait spécifiquement des réfugiés ou non.

Des réfugiés et des enfants parmi les victimes. Certaines victimes se trouvaient à l'intérieur d'appartements, d'autres à l'extérieur. L'attaque a eu lieu dans la soirée, la police ayant été appelée à 20h46 heure locale (3h46 heure française). "Les victimes incluent des réfugiés", a déclaré Bill Bones, chef de la police de Boise, lors d'un point presse dans la nuit. "Les âges des victimes sont extrêmement variés." Six enfants ont été blessés. Quatre des neuf blessés le sont grièvement.



D'après les premiers éléments de l'enquête, l'auteur de l'attaque était un résident temporaire de la "Wylie Street Station Apartments", et a été invité à quitter les lieux vendredi. L'homme noir, identifié comme étant Timmy Kinner, n'est pas un réfugié lui-même, a précisé la police dimanche en annonçant 15 chefs d'inculpation. "Le suspect était un habitant temporaire de la résidence (...) jusqu'à ce qu'on lui ait demandé de partir vendredi."

Logements sociaux. Les appartements sont répartis dans plusieurs bâtiments à un seul étage. Selon l'Idaho Statesman, les appartements font partie d'un programme d'assistance fédérale limitant les loyers à 30% des revenus des locataires. "Nous n'avons jamais vu autant de victimes en un seul acte à Boise dans l'histoire du service", a dit le chef de la police.