États-Unis : un ex-amiral condamné à 18 mois de prison pour corruption

  • A
  • A
États-Unis : un ex-amiral condamné à 18 mois de prison pour corruption
"Vous avez violé la loi et déshonoré vos compagnons de bord, la Navy et les États-Unis d'Amérique", a déclaré la juge Janis Sammartino (image d'illustration) @ MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP
Partagez sur :

L'ex-amiral a justifié sa conduite par les conséquences d'un stress post-traumatique provenant d'une attaque au mortier durant la guerre en Irak en 2007.

Un ex-amiral de la marine américaine a été condamné mercredi à 18 mois de prison dans le cadre d'un vaste scandale de corruption de l'US Navy. Il a été reconnu coupable d'avoir accepté des largesses du propriétaire d'une entreprise ayant son siège à Singapour.

Argent, alcool et prostituées pour les militaires. Le contre-amiral à la retraite Robert Gilbeau, 56 ans, est le plus haut gradé condamné dans cette affaire. Selon le ministère public, il a menti aux enquêteurs pour dissimuler sa relation "illicite" de 20 ans avec l'homme d'affaires malaisien Leonard Francis, qui dirige la société de services portuaires Glenn Defense Marine Asia (GDMA), sous-traitant de l'US Navy.

Le corpulent businessman singapourien - d'où le surnom de l'affaire, "Fat Leonard" ("Gros Leonard") - a admis avoir fourni à des militaires argent, alcool, prostituées et autres avantages en nature pour s'assurer que l'US Navy s'arrête dans les ports où opère sa société.

"Vous avez déshonoré vos compagnons de bord". "Vous avez violé la loi et déshonoré vos compagnons de bord, la Navy et les États-Unis d'Amérique", a déclaré la juge Janis Sammartino lors de l'audience à San Jose (Californie), selon le quotidien San Diego Union-Tribune. Selon le ministère public, Leonard Francis a payé des prostituées pour Robert Gilbeau, ainsi qu'un séjour dans un hôtel de luxe. 

L'amiral William Moran, chef adjoint des opérations navales, a écrit une lettre à la cour, dans laquelle il estime que Robert Gilbeau a infligé "un dommage incommensurable" à la Navy, "grossièrement déshonoré son uniforme et trahi ses collègues marins", d'après le Washington Post.

Les conséquences d'un stress post-traumatique. L'ex-amiral a avoué avoir menti lorsqu'il a dit aux enquêteurs n'avoir jamais reçu aucun cadeau de l'homme d'affaires. Dans une lettre également envoyée à la cour, l'ex-amiral a justifié sa conduite par les conséquences d'un stress post-traumatique provenant d'une attaque au mortier durant la guerre en Irak en 2007, précise le Post.

Durant sa carrière à la Navy, Robert Gilbeau a occupé des postes de haut niveau, dont celui de responsable des approvisionnements du porte-avions USS Nimitz en 2003-2004. Une fois promu amiral, il avait pris le commandement en 2010 de l'agence en charge des contrats de défense signés à l'extérieur des États-Unis.

Une enquête d'ampleur. Jusqu'à présent, l'enquête pour fraude et corruption a permis la mise en examen de 20 officiers et ex-officiers de la Navy. Parmi eux, dix ont plaidé coupable et dix affaires sont toujours en cours, selon le ministère public. Cinq hauts responsables de GDMA et la société GDMA elle-même ont plaidé coupable.