États-Unis : un condamné à mort exécuté au Texas

  • A
  • A
États-Unis : un condamné à mort exécuté au Texas
Terry Edwards a été exécuté malgré les recours de ses avocats@ PAUL BUCK / AFP
Partagez sur :

Les avocats du condamné avaient demandé un sursis de dernière minute, estimant que le procès n'avait pas été équitable.

L'État américain du Texas a exécuté jeudi soir un condamné à mort, malgré d'ultimes recours en justice lancés par ses avocats qui affirmaient que son procès avait été entaché d'irrégularités et de racisme.

Nouvelle exécution au Texas. Terry Edwards, un Noir de 43 ans, a reçu une injection létale et a été déclaré décédé à 22h17 (05h17 à Paris vendredi) dans sa prison de cet État, qui détient la palme des exécutions aux États-Unis. "J'ai fait la paix avec Dieu. J'espère que vous trouverez la paix", a-t-il déclaré avant de mourir, selon les autorités pénitentiaires du Texas. Ses avocats avaient demandé un sursis de dernière minute à la Cour suprême américaine, qui l'a refusé jeudi soir.

Condamné pour un double homicide. Terry Edwards avait été condamné avec son cousin et complice Kirk Edwards pour le meurtre en 2002 de deux employés d'une sandwicherie Subway dans la ville de Dallas. Les deux malfaiteurs étaient également repartis avec le fonds de caisse d'environ 3.000 dollars. Terry Edwards avait été licencié de cette sandwicherie quelques semaines plus tôt. Il avait été vu par un témoin en train de se débarrasser d'une arme dans une poubelle près du site du double homicide.

Un rôle précis controversé. Si la participation d'Edwards aux faits a été établie, son rôle précis restait controversé. Les avocats du prisonnier assurent qu'une expertise montre qu'il n'était pas le tireur et que, contrairement à son cousin, il n'avait pas d'antécédents de violences. Ayant accepté une procédure de peine négociée avec le procureur, Kirk Edwards avait été condamné à 25 ans de prison ferme.

Un jury composé de 12 "blancs". Terry Edwards avait lui écopé de la peine capitale au terme d'un procès très critiquable et au cours duquel il a été mal défendu, selon ses avocats. Lors du processus contradictoire qui permet de récuser un certain nombre de jurés potentiels, les procureurs ont systématiquement écarté des membres de minorités ethniques, aboutissant au final à un jury composé de 12 "blancs", assurent les défenseurs du prisonnier.