États-Unis : Trump nomme une jeune gouverneure comme ambassadrice américaine à l'ONU

  • A
  • A
États-Unis : Trump nomme une jeune gouverneure comme ambassadrice américaine à l'ONU
Nikki Haley devrait être la prochaine ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies@ MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

La gouverneure de Caroline du Sud "a fait ses preuves en rassemblant des gens, peu importe leur origine ou leur parti politique", a indiqué Donald Trump dans le communiqué.

Le président élu Donald Trump a choisi la jeune gouverneure de Caroline du Sud, Nikki Haley, pour devenir la prochaine ambassadrice américaine auprès des Nations unies, selon du communiqué de ses services, mercredi. 

Une dose de diversité dans l'équipe de Donald Trump. Nikki Haley, 44 ans, est la fille d'immigrants originaires d'Inde. Étoile montante du parti républicain, elle devient la première femme nommée dans son administration par Donald Trump. "La gouverneure Haley a fait ses preuves en rassemblant des gens, peu importe leur origine ou leur parti politique, pour faire adopter des politiques importante pour le bien de son État et de notre pays", a indiqué Donald Trump dans le communiqué. La jeune femme a peu d'expérience en politique internationale mais injecte une dose de diversité dans l'équipe du magnat de l'immobilier après une campagne électorale qui a divisé le pays.

Supportrice de Marco Rubio avant Donald Trump La gouverneure avait soutenu dans un premier temps le candidat Marco Rubio lors de la primaire républicaine. Elle a toutefois souligné avoir voté pour Donald Trump à la présidentielle, même si ce n'était à l'origine pas son premier choix. "Je ne vais pas prétendre que j'ai toujours été la première supportrice du président élu, mais j'ai voté pour lui et j'ai été absolument ravie de le voir gagner", a-t-elle notamment déclaré récemment.

Un coup d'éclat en 2015. Nikki Haley avait accédé à une certaine notoriété quand, en tant que gouverneure de Caroline du Sud, dans le sud-est du pays, elle avait fait décrocher en juillet 2015 le drapeau confédéré, symbole ségrégationniste aux yeux de beaucoup, qui flottait depuis des années devant le bâtiment du Parlement de son État.