Etats-Unis : le tireur de Dallas préparait une attaque à la bombe, selon la police

  • A
  • A
Etats-Unis : le tireur de Dallas préparait une attaque à la bombe, selon la police
Image d'illustration.@ RON JENKINS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Selon les enquêteurs, le matériel découvert au domicile du tueur est tel qu'une attaque à la bombe aurait eu "des effets dévastateurs" sur la ville. 

L'ancien soldat noir qui a tué vendredi cinq policiers à Dallas préparait une attaque à la bombe dévastatrice, ont annoncé les autorités dimanche, appelant au calme après l'arrestation de plus de 200 personnes lors de manifestations.

La tuerie de jeudi, juste un essai.L'ancien soldat nommé Micah Johnson, qui a été tué par la police, avait "d'autres projets dévastateurs", a révélé le chef de la police de Dallas David Brown, au vu de l'arsenal de guerre trouvé chez lui. La police sait désormais qu'il préparait une attaque depuis longtemps et que la tuerie de jeudi n'était qu'un premier essai.

"Manier des explosifs". Les enquêteurs pensent que "le suspect savait manier les explosifs et que le matériel découvert était si important qu'il aurait pu avoir des effets dévastateurs dans notre ville et dans le nord du Texas", a déclaré le chef de la police de Dallas à CNN.

Hommage aux policiers... ou aux Noirs tués ? Le président Barack Obama se rendra mardi à Dallas, où il s'exprimera lors d'une cérémonie oecuménique, a annoncé dimanche la Maison Blanche. L'"unité" de la communauté de Dallas "reflète qui nous sommes en tant qu'Américains" face à ces événements éprouvants, a déclaré le président américain, qui doit rencontrer en privé les familles des victimes. Mais les manifestants qui se sont rassemblés samedi soir voulaient, eux, rendre prioritairement hommage aux Noirs abattus par des policiers, après deux décès en Louisiane et dans le Minnesota filmés par des témoins. Ces vidéos ont été visionnées des millions de fois sur internet et ont choqué l'opinion publique. Un autre Noir a succombé après avoir été touché par des tirs policiers samedi à Houston dans le Texas. Alva Braziel portait une arme de poing qu'il a refusé de lâcher, a assuré la police citée par la presse.